Lille : Un Lyonnais exilé ouvre la seule librairie distribuant des ouvrages autoédités

CULTURE Une nouvelle librairie indépendante ouvre ses portes, vendredi, dans le centre-ville de Lille. Son créateur a fait le pari d’y vendre uniquement des œuvres autoéditées par leurs auteurs, souvent exclus des circuits de distribution traditionnels

Mikaël Libert
— 
Croâfunding, une librairie entièrement consacrée à l'autoédition.
Croâfunding, une librairie entièrement consacrée à l'autoédition. — Xavier Lancel
  • Une nouvelle librairie indépendante a ouvert dans le centre-ville de Lille.
  • L’endroit est entièrement consacré aux œuvres autoédités par leurs auteurs.
  • Elle compte 150 références de fanzines, BD, livres et jeux de société.

La littérature en circuit court. Dans le domaine littéraire ou de la BD, il y a deux mondes. Les auteurs reconnus, les grandes maisons d’édition et un tentaculaire réseau de librairies d’un côté. De l’autre, l’univers plus confidentiel mais tout aussi fourmillant des auteurs autoédités. Ces derniers, lassés ou laissés pour compte du circuit traditionnel, peinent à se faire connaître du grand public faute de visibilité. C’est pour donner un peu de lumière à ces oubliés que Xavier Lancel a créé Croâfunding, une micro-librairie entièrement consacrée à l’autoédition.

L’ouverture de Croâfunding, rue Pierre-Mauroy, à Lille, est l’aboutissement d’un parcours atypique et de quelques belles galères accumulées par son fondateur, Xavier Lancel. Ce Lyonnais, âgé de 48 ans aujourd’hui, a roulé sa bosse pendant quelques décennies dans le domaine de l’hôtellerie-restauration avant de se faire licencier dans des conditions qui l’ont poussé à traîner son employeur devant les prud’hommes. Un procès qui durera sept ans au terme duquel Xavier à tout de même encaissé une belle indemnité. Licencié économique de son dernier emploi à Lyon, le quadragénaire a enchaîné avec une hospitalisation d’un mois et demi après un accident : « Cela m’a donné le temps de réfléchir à monter ce projet de librairie qui me trottait dans la tête depuis trois ans avec le capital constitué par mon indemnité aux prud’hommes », explique-t-il.

Des auteurs lassés de la gourmandise des maisons d’édition

S’il ne bossait ni dans le milieu de l’édition, ni dans celui de la librairie, Xavier consacrait bénévolement de son temps à la conception d’un fanzine. « Depuis 1999, je participe à Scarce, l’un des plus vieux fanzines qui existent, et qui étudie la bande dessinée américaine », poursuit le quadragénaire. Grâce à cette occupation, il a rencontré pléthore d’auteurs de fanzines et de BD et connaît bien leurs problématiques. « Beaucoup en ont assez de passer par des maisons d’éditions qui leur prennent 30 à 40 % et s’autoéditent via des plateformes de crowdfunding », assure-t-il. Conséquence, ils ne sont jamais, ou presque, diffusés dans les librairies.

« Tous ces projets, on ne peut pas les retrouver ou difficilement, déplore Xavier. D’où l’idée de leur consacrer une librairie ». Mais la production est si vaste que l’ancien Lyonnais est obligé de faire des choix. « Je fais beaucoup de BD, de fanzines, un peu de romans et des jeux de société. J’essaye aussi de proposer des choses variées sur le cinéma bis, la culture LGBT, la culture alternative, les mangas français ou encore les comics », détaille-t-il.

Pour les auteurs, c’est plutôt avantageux puisque Croâfunding achète les œuvres au lieu de pratiquer le dépôt-vente. En contrepartie, Xavier négocie une remise sur le prix pour se faire une petite marge. Et contrairement aux librairies traditionnelles, le nombre de références est limité. « J’en ai environ 150 aujourd’hui, ce qui me permet de tout mettre en valeur dans la boutique », assure-t-il. C’est aussi un moyen de « contrôler le flux » sans entrer dans le piège des saisons littéraires.