Hauts-de-France : Les TER de la région font figure de mauvais élèves

TRANSPORTS Au premier semestre 2021, les TER des Hauts-de-France présentent les taux d’annulation et de retard les plus importants en France

Gilles Durand
— 
La SNCF reconnaît des manquements dans son service TER dans les Hauts-de-France.
La SNCF reconnaît des manquements dans son service TER dans les Hauts-de-France. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le bilan du premier semestre concernant la qualité des transports de voyageurs en France vient d’être dévoilé par le ministère de la Transition écologique.
  • Que ce soit en termes de retard ou d’annulation, la région des Hauts-de-France fait figure de plus mauvaise élève de France concernant les TER.

Annus horribilis pour les voyageurs. L’année 2021 est en passe d'être très mauvaise pour les TER des Hauts-de-France. Le bilan du premier semestre concernant la qualité des transports de voyageurs en France vient d’être dévoilé par le ministère de la Transition écologique. Que ce soit en termes de retard ou d’annulation, la région des Hauts-de-France fait figure de mauvaise élève.

Ainsi, taux d’annulation et de retard sont les plus hauts de France. Le taux d’annulation atteint 3,6 %, contre 1 % en Bretagne (le plus faible). En cause, deux grèves, en mars et en juin, et des dégradations d’infrastructures causés par de violents orages, explique le rapport ministériel. Il s’agit aussi du plus fort taux de dégradation par rapport à 2020.

Causes externes et colis suspect

Le taux de retard affiche, pour sa part, 9,1 %, contre 3,2 % en Bretagne (également le plus faible). Ces retards s’expliquent notamment par l’épisode de grand froid et de neige, entre le 7 et le 14 février, qui a eu une incidence sur les infrastructures.

Un constat qui désole la Fédération des usagers des transports (Fnaut) des Hauts-de-France. « Toujours pas d’amélioration en vue, déplore son porte-parole, Gilles Laurent, dans un communiqué. Chaque jour amène son lot d’annonces laconiques : « La rame, ou le personnel, devant effectuer ce départ n’était pas disponible pour assurer ce trajet en toute sécurité », ce qui se traduit par des trains supprimés ou anormalement courts. »

Néanmoins, une analyse plus complète des causes de ces retards montre une prépondérance des causes externes (17 %) et des colis suspects (17 %), devant les accidents de personnes (11 %), des conditions météo (11 %) et de la malveillance (11 %). Les mouvements sociaux ne provoquent que 6 % de ces retards sur le premier semestre.