« Je vais t’aimer », la comédie musicale tirée des chansons de Sardou se lance à Lille

PATRIMOINE MUSICAL C’est à Lille qu’a eu lieu la première étape de la tournée de la comédie musicale « Je vais t’aimer », qui évoque 40 ans de la vie des Français

20 Minutes avec AFP
— 
Une scène de la comédie musicale «Je vais t'aimer».
Une scène de la comédie musicale «Je vais t'aimer». — Thomas Vollaire

La vie de Français sur 40 ans, au fil des chansons de Michel Sardou. La comédie musicale Je vais t’aimer a lancé, jeudi, sa tournée à Lille, avec l’ambition de devenir un «  Mamma Mia » français, dans un contexte morose pour le spectacle vivant.

« C’est très difficile parce que les gens ne retournent pas facilement dans les cinémas et les salles et achètent leurs billets au tout dernier moment. Mais on fait le pari », raconte à l’AFP Roberto Ciurleo qui coproduit, avec Frank Montel, ce spectacle présenté comme « la seule création en France cette saison avec les moyens d’une grosse production ».

Un « Mamma Mia à la française »

Du Havre à Ghardaïa (Algérie), d’un appartement bourgeois parisien au métro de New York, Je vais t’aimer marche dans les pas des comédies musicales du West End et de Broadway. Les tableaux vitaminés s’y succèdent, de brefs passages dialogués s’intercalant entre les chansons de Michel Sardou, des plus légères (Les bals populaires) aux plus graves (Je vole, sur le suicide).

Ses créateurs y voient un « Mamma Mia à la française », en référence à la comédie musicale à succès hommage au groupe Abba. Ni « biopic », ni spectacle musical, insistent-ils, il s’agit bien d’une comédie musicale narrative, sur fond d’histoire de la France et des mouvements sociaux, sur quatre décennies.

« Que l’on aime ou pas le personnage de Michel Sardou, on a tous une chanson préférée de son répertoire qui nous fait penser à un moment de notre vie, à quelqu’un que l’on aime », assure Roberto Ciurleo. Le chanteur, qui a tiré sa révérence en avril 2018, a donné son accord mais n’apparaît pas dans la comédie musicale.

« C’est le répertoire qui m’a intéressé »

Serge Denoncourt, qui avait créé en 2019 « Bernadette de Lourdes », signe mise en scène et livret. « Etant Québécois, je connaissais très bien les chansons mais moins le personnage, explique-t-il. Je n’ai jamais eu l’intention de m’attaquer au monument Sardou, c’est le répertoire qui m’a intéressé. »

« Le plus dur, c’est la tessiture de malade, qu’il y a sur les chansons, qui demande une certaine tonicité vocale », témoigne Hakob Ghasabian, un des interprètes de ce casting très jeune. A 18 ans, il « considère Sardou comme une légende de la chanson française, au même titre que Brassens, Brel, Charles Aznavour ».

La tournée emmènera notamment le spectacle à Amiens, Epernay, Dijon, Strasbourg, Grenoble, Nantes et Boulogne-Billancourt.