Nord : On peut tomber le masque autour des gares et ailleurs

EPIDEMIE La préfecture de département a encore allégé les mesures sanitaires contre l’épidémie de coronavirus dans le Nord

Mikaël Libert
— 
Illustration coronavirus à Lille.
Illustration coronavirus à Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • La stabilité se confirme sur le front de l’épidémie de coronavirus dans le Nord.
  • Les autorités ont décidé d’alléger les mesures sanitaires tout en restant vigilantes.
  • Dans de nombreux endroits, le port du masque n’est désormais plus obligatoire.

La vie se normalise encore un peu plus. Parce que les indicateurs de l’épidémie de coronavirus dans le Nord restent stables à un niveau faible, le préfet du département a décidé de desserrer encore un peu la vis. On peut désormais tomber le masque dans des lieux où il était obligatoire depuis plus d’un an.

Selon la préfecture, le Nord est passé sous le seuil d’alerte de l’épidémie de coronavirus depuis fin septembre. Les chiffres de Santé publique France montrent que le taux d’incidence est de 42,9 cas pour 100.000 habitants. Tout en insistant pour « maintenir cette dynamique », mettant en avant la vaccination et les gestes barrière, le préfet a décidé de supprimer l’obligation du port du masque à l’extérieur dans certains lieux sensibles.

Braderies et brocantes démasquées

Désormais, il ne sera plus nécessaire de porter le masque dans un rayon de 50 m des « marchés, braderies, brocantes, vide-greniers et autres ventes au déballage, ainsi qu’à l’intérieur de ceux-ci, qu’ils se tiennent dans des espaces couverts ou en plein air ». Cela vaut aussi pour les entrées des centres commerciaux les samedis et dimanches, les entrées des établissements scolaires et universitaires, les entrées des lieux de culte aux jours et heures de la tenue des offices et cérémonies, les stations et lieux d’arrêt des transports collectifs de voyageurs.

En revanche, cela demeure obligatoire « dans les files d’attente de toute nature », « à l’occasion de tout regroupement de plus de dix personnes sur la voie publique et les espaces ouverts au public », « dans les zones piétonnes, permanentes ou temporaires, les samedis et jours d’événements particuliers », « dans les espaces réservés aux spectateurs des enceintes sportives de plein air » et « dans les fêtes foraines ».