Lille : Après le décès d’un étudiant originaire de Rennes, l'école d'ingénieurs Polytech se recueille

HOMMAGES L’école d’ingénieurs Polytech Lille a décidé de suspendre les cours jusqu’à lundi, après le décès d’un étudiant lors d’un week-end de cohésion dans les Ardennes

G.D.
— 
L'école d'ingénieurs Polytech Lille, à Villeneuve d'Ascq.
L'école d'ingénieurs Polytech Lille, à Villeneuve d'Ascq. — Google Maps

L’heure est au recueillement à l’école d’ingénieurs Polytech de l’université de Lille. Après l'annonce du décès de Valentin Gomes, étudiant de 5e année, la direction de l’établissement a décidé de suspendre les cours jusqu’à lundi pour lui rendre hommage, rapporte La Voix du Nord.

Deux panneaux ont été installés pour recueillir les messages de soutien à la famille et les hommages au jeune homme originaire de Rennes. Ce lieu de recueillement est complété par un livre de condoléances. Par ailleurs, une adresse e-mail (hommage-valentin@polytech-lille.fr) a également été créée.

Identification confirmée mercredi soir

L’étudiant de 23 ans avait disparu dans la nuit de samedi à dimanche à proximité d’un camping à Signy-L’Abbaye. Il participait à un week-end de cohésion de son école. Son corps avait été découvert, mardi sur leur champ par des agriculteurs. L’identification du défunt avait été confirmée officiellement mercredi soir.

« Dans l’attente des funérailles de Valentin auxquelles, en accord avec la famille, une délégation universitaire assistera, les événements festifs organisés par les associations étudiantes des composantes de l’université de Lille sont ajournés », précise l’université, dans un communiqué.

Attachement à l’organisation d’événements festifs

Le groupement des associations lilloises étudiantes, Galillé, réaffirme, pour sa part, « son attachement à l’organisation d’événements festifs éthiques et sûrs ». Cette fédération s’engage « à former l’ensemble des associations de son réseau à l’organisation d’événements responsables. Même si le risque zéro n’existe pas, il est essentiel de le minimiser ».

Les étudiants organisateurs de ce week-end de cohésion ne faisaient pas partie de cette fédération.