Lille : Enquête ouverte après l’agression par des pro-Zemmour, dont se dit victime un prêtre

FAITS DIVERS Des jeunes vêtus de tee-shirts pro-Zemmour sont accusés d’avoir giflé les amis d’un prêtre dans un bar de Lille, samedi soir

20 Minutes avec AFP
— 
Un tee-shirt pro-Zemmour.
Un tee-shirt pro-Zemmour. — Jeanne Accorsini / SIPA

Il explique avoir été victime d’une agression par des jeunes vêtus de tee-shirts pro- Zemmour, dans un bar de Lille, samedi. Une enquête a été ouverte après la découverte d’un tweet sur cette affaire par la procureure de la République de Lille, a-t-on appris, ce lundi, auprès du ministère public.

Alors qu’il boit un verre avec « trois amis », samedi soir, dans un bar du Vieux-Lille, « un groupe s’identifie bruyamment comme la Génération Zemmour, dont ils arborent le tee-shirt. En sortant, l’un d’eux décoche une baffe au plus jeune d’entre nous. Aucun motif, rien », a relaté, sur Twitter, le frère Adrien Candiard.

« Ils nous ont invités à nous battre dehors »

« On se lève tous les quatre et trois membres du groupe », formé d’une « dizaine de personnes entre 20 et 25 ans », « nous entourent en nous hurlant dessus. Nous ne comprenions pas ce dont il s’agissait. Ils nous ont invités à nous battre dehors, ce qui n’était pas notre projet », a précisé, à l’AFP, le frère dominicain, islamologue reconnu engagé dans le dialogue interreligieux.

Au total, « sept ou huit claques » ont été données à ses trois amis, et « de nombreuses injures » prononcées gratuitement, a précisé le frère Candiard. N’ayant lui-même « pas été victime de coups », il ne projette pas de porter plainte.

Condamnation de l’incident

Contacté par l’AFP, l’entourage du polémiste – qui a réuni samedi à Lille quelque 1.500 personnes lors d’une conférence – a « condamné » cet incident tout en affirmant qu’il ne « s’agissait pas » de militants de Génération Zemmour. Lors de la conférence, « des tee-shirts étaient en vente à la sortie. Donc nous ne contrôlons pas qui en a acheté », a indiqué cette source.

Une enquête a été ouverte afin « d’entendre rapidement l’ensemble des protagonistes de cette affaire », a indiqué à l’AFP la procureure de Lille.