Oxylane et LMCU jouent collectif

Aurore Malval, avec Olivier Aballain

— 

« Nous allons faire revivre le site historique de Terken », promet Franck Demaret, directeur de la marque Kipsta, une des enseignes du groupe Oxylane (Décathlon). Vendredi, le numéro un français des distributeurs d'équipement pour le sport a confirmé son installation pour 2012 sur la zone de l'Union, une friche industrielle à cheval sur Tourcoing, Roubaix et Wattrelos.

Mais ce ne sera pas gratuit, y compris pour la collectivité. Si l'installation est prévue pour 2012, c'est que le terrain n'est pas constructible tout de suite, il doit auparavant être dépollué. A la mairie de Tourcoing, on avance la somme de dix millions d'euros, à la charge de la communauté urbaine de Lille (LMCU)... « Cette friche devait de toute façon être démolie et dépolluée. S'il n'y avait pas Kipsta, tout aurait entièrement été payé par la communauté urbaine, or Oxylane achète et investit », explique Michel-François Delannoy, maire (PS) de Tourcoing et premier vice-président de LMCU. Centre de formation du personnel, atelier de prototypage industriel, showroom de 3 000 m2, terrains, salles de jeux et vingt créations d'emploi à la clé (plus 50 emplois relocalisés) : le groupe a prévu d'injecter huit millions d'euros pour l'implantation de ce nouveau « centre mondial », en plus des deux millions d'euros que lui ont coûté l'achat à la communauté urbaine du terrain de 8,5 ha. Michel-François Delannoy et son homologue de Roubaix, René Vandierendonck (PS), se défendent d'avoir réalisé une mauvaise opération financière : les terrains seront mis gratuitement à disposition des particuliers, mais aussi des écoles et des centres de loisirs. ■