« Ne pas chasser les ménages modestes »

Recueilli par Olivier Aballain

— 

En marge du Salon Immotissimo de ce week-end, vous avez signé une convention avec le promoteur Pierres et Territoires pour un programme d'accession sociale à la propriété, à Lille-Sud.

N'est-ce pas en décalage avec la crise ?

Nous appliquons un programme défini avant la crise actuelle. Nous maintenons notre ambition, qui est de permettre à des ménages modestes d'acquérir un logement. Aujourd'hui, ils sont chassés de la ville à cause des prix trop élevés.

Y a-t-il réellement une demande pour acheter en ce moment ?

Si Pierres et Territoires s'est lancé sur ces 90 logements, c'est que la demande existe. Si ce programme pionnier n'avait pas marché, c'est tout l'équilibre urbain que nous avons imaginé qui se serait trouvé remis en cause. En permettant d'acheter du neuf à 2 000 et 2 400 euros du m2, nous voulons améliorer la mixité dans un quartier où l'on compte 65 % de logements sociaux.

Quel est le coût de ce dispositif ?

Pour le m2 à 2 000 euros, notre aide représente 120 euros. Globalement, avec la participation de l'Anru, de l'Etat via la baisse de TVA, du conseil régional et du promoteur, l'économie sur un logement de 70 m2 se monte à 51 600 euros. D'autres dispositifs similaires suivront. ■