« Nous avons hissé sur le conseil général le drapeau britannique »

Recueilli par Vincent Vantighem

— 

Calais et Londres se situent sous les mêmes latitudes. C'est le président (PS) du Pas-de-Calais qui le dit. Dominique Dupilet a dévoilé, hier, sa feuille de route pour faire de son département la « base arrière » des JO de Londres de 2012.

« Lorsque s'est posée la question des JO de 2012 à Paris, nous avions dit que nous pouvions servir de base arrière. Nous avons toujours attendu les Parisiens. Descendre demande moins d'efforts que monter ! Alors quand Londres a été choisi, nous avons hissé le drapeau britannique sur le conseil général. »

« Le Pas-de-Calais a un retard important en matière d'équipements sportifs. Nous comptons nous rattraper pour accueillir les équipes françaises et étrangères qui veulent s'entraîner. Les travaux pour un centre de gymnastique à Arques, un autre de lutte à Marquise et la rénovation du stade nautique de Boulogne ont déjà commencé. D'autres comme l'athlétisme à Calais, l'escrime à Hénin-Beaumont ou l'haltérophilie à Berck-sur-Mer vont suivre. »

« Nous avons voté un budget de 20 millions d'euros. Il sera abondé par les collectivités locales et le conseil Régional. L'essentiel de ces fonds va être utilisé dès 2009-2010 car il faut construire vite. Ce n'est pas un effet d'annonce : s'il faut mettre plus en 2011 et 2012, nous le ferons. »

« Nous sommes en train de négocier avec Eurotunnel pour mettre en place des navettes au départ de Lille qui s'arrêteraient à Calais et Ashford avant d'arriver à Londres. » ■