Lille : La baraque à frites abandonnée de l’artiste Erwin Wurm a-t-elle un avenir ?

ART Installé depuis 2013 sur la place François Mitterrand à Lille, le food-truck œuvre d’art prénommé « Bob » se dégrade faute d’exploitant. Pourquoi un tel fiasco au pays de la frite ?

Mikaël Libert
— 
«Bob», la baraque à frites imaginée par l'artiste autrichien Erwin Wurm, se dégrade à Lille.
«Bob», la baraque à frites imaginée par l'artiste autrichien Erwin Wurm, se dégrade à Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • En 2013 était inaugurée « Bob », une friterie œuvre d’art installée entre les deux gares de Lille.
  • Victime d’un mauvais emplacement, le food-truck n’a jamais permis à ses exploitants d’atteindre la rentabilité.
  • Longtemps abandonnée, la friterie doit être restaurée puis déplacée.

Œuvre en péril. Cela fait presque une décennie que « Bob », une œuvre imaginée par l’artiste autrichien Erwin Wurm, a été installé place François Mitterrand, à Lille. Sauf que Bob n’a pas été conçu uniquement pour le plaisir des yeux. A l’origine, il s’agissait d’une friterie. Mais, faute d’exploitant, l’insolite food-truck, propriété de la SPL Euralille, dépérit.

Sans être mauvaise langue, la place François Mitterrand n’est pas le lieu de prédilection des Lillois pour se promener. Cet espace terriblement minéral, situé entre les deux gares, demeure le terrain de jeu des courants d’air et un lieu de transit pour les voyageurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que la SPL Euralille, aménageur du quartier Euralille, et la Maison de l’architecture et de la ville (Waao), se sont creusé la tête pour dénicher le petit quelque chose qui rendrait l’endroit plus attrayant. Et ce petit quelque chose, c’était « Bob ».

« Tout de suite, on a su que l’emplacement était mauvais »

« Cet équipement répond à la fois au besoin d’un espace de convivialité et à l’absence d’une offre de restauration de qualité à proximité. L’intervention artistique valorise la place en lui conférant une identité singulière et surprenante », était-il écrit dans la présentation du projet. Erwin Wurm, séduit, a répondu présent et son originale baraque à frites, installée au pied du tristement célèbre escalator de Lille Europe, a été inaugurée en 2013. A force de communication, le lancement a été prometteur, mais les premiers exploitants ont vite déchanté.

« Tout de suite, on a su que l’emplacement était mauvais. Les gens qui passaient par là étaient pressés et ne s’arrêtaient pas », se souvient Hugues Hochart. Malgré l’insistance du restaurateur pour déplacer Bob vers un endroit plus fréquenté, la SPL Euralille, propriétaire, a toujours refusé. « En moyenne, on faisait 200 euros de chiffre d’affaires par jour, ce n’était pas rentable et on a abandonné au bout d’un an », déplore-t-il. D’autres exploitants ont suivi et l’histoire s’est répétée.

Tirer les leçons des erreurs du passé

Aujourd’hui, Bob est toujours au même endroit, sauf que plus personne n’y cuisine. La baraque à frites, faute d’entretien, se détériore et la nature commence à y reprendre ses droits. Artconnexion, l’agence qui a fait l’intermédiaire entre la SPL Euralille et Erwin Wurm, se désole de cette situation : « C’est insupportable de voir cette œuvre dans cet état, il en va aussi de notre crédibilité auprès de l’artiste », assure Amanda Crabtree, la directrice. Selon artconnexion, le contrat qui lie le concepteur au propriétaire oblige ce dernier à entretenir l’œuvre. Gage qu’Erwin Wurm s’arracherait les cheveux s’il voyait l’air piteux de son Bob.

Après des années d’errance, le futur pourrait s’annoncer prometteur pour le food-truck. Contactée par 20 Minutes, la SPL Euralille affirme que Bob « partira d’ici cet hiver se faire une cure de jouvence et une remise en état ». Le propriétaire semble aussi avoir tiré les leçons des erreurs du passé et des plâtres essuyés par les exploitants successifs. La baraque à frites sera « implantée sur un nouveau site lillois lui permettant une plus forte fréquentation et de minimiser sa dégradation », reconnait-on à la SPL Euralille.