Braderie de Lille : « C’était mon jour préféré de l’année »… Après deux ans d’absence, l’événement manque aux Lillois

VOUS TEMOIGNEZ La Braderie de Lille, plus grand vide grenier d’Europe, aurait dû se dérouler ce week-end. Elle a été annulée pour la deuxième année d’affilée, une première depuis la Seconde Guerre mondiale. Un événement qui manque aux Lillois et aux Lilloises

Francois Launay
— 
Lille: La Braderie de Lille ou l'histoire d'un succès populaire — 20 Minutes
  • Annulée pour la deuxième année d’affilée à cause du Covid-19, la Braderie de Lille manque beaucoup aux Nordistes.
  • Dans l’appel à témoignages lancé par 20 Minutes, une immense majorité regrette l’annulation d’un événement qui fait partie du patrimoine et de l’identité lilloise.

Naïvement, en lançant un appel à témoignages sur la Braderie de Lille pour savoir si elle manquait aux gens, on pensait que les avis seraient bien plus partagés. Entre le monde, l’impossibilité de circuler ou presque, les odeurs mélangées de frites, de moules mais aussi de pipi et le bruit incessant des beuveries nocturnes, on savait que la Braderie de Lille ne faisait pas l’unanimité. Et pourtant, après cette deuxième annulation d’affilée pour raison sanitaire, la troisième en six ans après une autre annulation en 2016 pour risque terroriste, c’est un grand cri du cœur qu’ont laissé échapper les Lillois.

Car le plus grand vide grenier d’Europe, qui attire en temps normal près de deux millions de personnes à Lille chaque premier week-end de septembre, manque beaucoup aux Nordistes. 95 % des réponses reçues sont là pour dire à quel point on souhaite le retour rapide de ce rendez-vous incontournable qui marque la fin des vacances comme le raconte Cécile : « La Braderie, c’est un peu les retrouvailles des Lillois après l’été. Lille s’est vidée le temps d’un été, la rentrée approche et c’est l’occasion de se retrouver et de faire la fête tous ensemble sous les derniers rayons de soleil. Bonnes affaires, musique, petites bouffes, grosse marmite de moules… Bref on a tous nos habitudes et rituels ».

« L’ambiance musicale, les couleurs, les langues du monde entier »

Pour expliquer tout ce que la Braderie représente, certains se lancent même dans des envolées lyriques comme Adeline. « L’ambiance musicale, les couleurs, les odeurs, les langues du monde entier… Une effervescence, un tournis dans la tête en sillonnant rues et ruelles où, sauvagement, les gens s’installent, pour une heure ou une journée, se battant le mètre de macadam, donnant des airs tragicomiques dans la grisaille d’un matin frileux ».  « La braderie est à Lille ce que le carnaval est à Dunkerque, la feria à Nîmes, le fest-noz en Bretagne ! », résume Greg.

L'édition 2019 de la Braderie de Lille.
L'édition 2019 de la Braderie de Lille. - M.Libert / 20 Minutes

Un patrimoine et une identité lilloise qui se transmettent depuis des générations. « La Braderie de Lille fait partie de ma vie depuis quarante ans, je l’ai toujours connue. Mon père y participait puis mes frères. Cette tradition doit perdurer et je suis sûre que lorsqu’elle reviendra les Lillois seront très heureux », espère Perrine.

« C’était mon jour préféré de l’année »

Manger une moules frites, boire des bières, déambuler au milieu d’étals improbables, faire la fête une bonne partie de la nuit, c’est toute l’ambiance si particulière de la Braderie qui rend les Lillois nostalgiques à l’image de Karl. « C’était mon jour préféré de l’année. C’est le jour où l’on se retrouve avec la famille et les amis qu’on voit rarement tous en même temps. La Braderie, c’est une fête, la nôtre. Ce que j’aime particulièrement c’est cette euphorie le jeudi et le vendredi qui précèdent, on sent que toute la ville commence à bouillonner pour le samedi, enfin, exploser. Mes plus belles fêtes étaient des samedis de Braderie. »

Les moules de la braderie de Lille étaient, elles, bien vivantes.
Les moules de la braderie de Lille étaient, elles, bien vivantes. - M.Libert / 20 Minutes

Même nostalgie qui affleure du côté de Joris.  « Deux ans c’est long… Les longs boulevards noirs de monde, les objets à chiner, les moules en terrasse… Et ça continue la nuit. C’est un week-end où Lille ne dort pas. » Le seul week-end de l’année où les particuliers se transforment en brocanteurs en faisant venir les potes d’ici ou d’ailleurs.

« La Braderie est un merveilleux rendez-vous. Quand vous la faites entre copains solidement installés du samedi au dimanche. A une époque, il fallait se battre pour sa place, nous étions 20 ou davantage, une vraie famille. Les parents, les enfants tous amusés de vendre pas cher avant d’aller manger une moule tout simplement. Tout me manque », s’émeut Colette.

« Il serait temps de revenir à la Braderie d’antan »

Mais si les nostalgiques sont largement majoritaires, quelques voix discordantes se font aussi entendre. Pour beaucoup, depuis la première annulation de 2016, la Braderie a perdu une partie de son âme. « Il n’y a plus de commerçants ambulants, les musiques, les lumières, les odeurs de kebab… plus rien ! Maintenant ce sont des antiquaires à tout bout de champ avec rien à vendre et des rues très vides de stands ! Il serait temps de revenir à la Braderie d’antan », lance Céline.

De son côté, Christelle vit très bien sans ce rendez-vous annuel. « Se déplacer dans une foule compacte, le métro bondé de monde, ça grouille de partout…. Je m’en suis lassée. C’est même un week-end où j’évite Lille. » Pour la deuxième année d’affilée, elle n’aura pas besoin de fuir la capitale des Flandres en ce premier week-end de septembre. Même si une Braderie des commerçants a été mise en place depuis l’an passé pour pallier (un peu) l’annulation de la grande Braderie, ils sont nombreux à espérer un retour de l’événement dès septembre 2022. Histoire que Lille retrouve enfin une partie de son âme.