Métropole de Lille : Tous les feux sont au vert pour le lancement de la LINO Sud

URBANISME Les travaux de plusieurs tronçons de la Liaison intercommunale nord-ouest de la Métropole européenne de Lille (MEL) vont enfin pouvoir être lancés

Mikaël Libert
— 
Circulation automobile sur l'A1 (illustration).
Circulation automobile sur l'A1 (illustration). — M.LIBERT/20 MINUTES

Le dernier verrou a sauté. La Métropole européenne de Lille (MEL) a reçu le feu vert de la commissaire enquêtrice environnementale pour lancer les travaux de la partie sud de la liaison intercommunale nord-ouest (LINO Sud). Le chantier commencera début 2022.

Les grands projets, ça met toujours un peu de temps à entrer dans le concret. Pour celui de la LINO, il faut tout de même remonter à 2005 pour son lancement officiel. Et même beaucoup plus loin, à une époque où l’on comptait encore en francs, pour l’idée de construire une voie reliant les communes au nord-ouest de Lille. Pour en arriver à ce projet définitif, il aura fallu contenter tous les élus des villes concernées et cela a fait prendre beaucoup de retard.

Trois tronçons construits entre 2022 et 2025

Aujourd’hui, la LINO, du moins pour sa partie sud, semble sur de bons rails, la MEL ayant reçu l’autorisation environnementale nécessaire, conclusion de l’enquête publique réalisée entre avril et mai 2021. Il s’agissait de s’assurer que le projet n’aurait pas d’impact sur la faune et la flore ainsi que sur la ressource en eau. Dans son rapport, la commissaire enquêtrice ne distille que quelques recommandations, 8 en tout, notamment sur l’impact sonore de la circulation automobile à certains endroits.

Le chantier des trois premières sections (sur 6) pourra donc être lancé dès l’année prochaine et doit se poursuivre jusqu’à fin 2025. L’idée est de faciliter l’accès aux pôles Euratechnologies, Eurasanté, Euralimentaire et le centre hospitalier. Ces tronçons sont situés sur les communes de Loos, Emmerin, Haubourdin et Sequedin.