Une fête grand format pour l'Europe XXL

Vincent Vantighem

— 

C'est une histoire que Martine Aubry répète à l'envi. Quand les responsables de Marseille 2013, capitale européenne de la culture sont venus la voir pour connaître la recette du succès nordiste, elle a répondu : « Ce n'est pas un secret. Si ça a marché en 2004 et en 2006, c'est grâce aux Lillois ! Et ça, c'est quelque chose que vous ne pourrez jamais avoir... » Effets de manches ou véritable hommage, la réflexion de la maire (PS) de Lille renvoie en tout cas à une réalité : samedi soir, les habitants de la métropole seront nombreux à arpenter les rues pour la parade d'ouverture d'Europe XXL, la version 2009 de Lille 3000. Ses organisateurs tablent sur 450 000 personnes. Si la météo est de la fête, ce sera sans doute plus.

Depuis Lille 2004, capitale européenne de la culture et Bombaysers de Lille, en 2006, le soufflé n'est pas retombé. La plus belle preuve ? Le projet « Mille Voix ». Axé sur les frontières invisibles de l'Europe, Lille 3000 voulait faire chanter un millier d'amateurs dans les rues de la ville, samedi soir. En quelques semaines, plus de 1 600 personnes s'étaient inscrites aux chorales de la métropole. Comme Jean-Paul, 70 ans, qui n'était pas effrayé d'apprendre quelques notions de roumain en deux mois. « Je chantais déjà dans la chorale de Willems, indique-t-il. Il se passe toujours quelque chose dans la métropole, alors on reste attentifs. Quand Lille 3000 a parlé de son projet "Mille Voix", on s'est tout de suite inscrits. »

Pour en arriver là, la mairie de Lille a élaboré une véritable stratégie digne des plus grandes agences de marketing viral. Avec, au coeur du dispositif, ses réseaux. D'abord, les associations culturelles. Consultées en amont, elles prendront part aux quatre mois de fêtes sur l'Europe, quartier par quartier. Wazemmes se chargera du Bosphore, le 9 mai, Moulins, de la Hongrie, le 28 juin... On appelait ça « Les Indes festives » en 2006. Ce sera « L'Europe festive » cette année. Il y a bien quelques récalcitrants, comme la Maison de la photo de Fives, pour reprocher à Lille 3000 de phagocyter les subventions et les idées. Mais bon an, mal an, tout le monde rentre dans le rang.

A tel point que les associations servent de point d'entrée à Lille 3000 pour trouver des ambassadeurs. Second niveau des réseaux, les ambassadeurs sont des habitants chargés de véhiculer la bonne parole. C'est toujours plus intéressant d'apprendre l'existence d'une soirée sur un cinéaste ukrainien par son voisin que par un pauvre flyer déposé dans la boîte aux lettres.

Mise en place depuis cinq ans maintenant, cette stratégie a trouvé son point d'orgue en décembre dernier pendant un conseil de la Communauté urbaine de Lille. Lors des précédentes éditions, les élus de droite avaient refusé de subventionner la fête à hauteur de 350 000 euros, allant jusqu'à qualifier Lille 3000 de « fête éphémère en carton-pâte lillo-lilloise »... En décembre dernier, ils ont accordé 1,8 million d'euro à l'Europe XXL sans broncher. A deux jours de l'ouverture de la fête, c'est sans doute le plus beau symbole de ces événements partis pour s'installer durablement dans le paysage métropolitain. ■