Facs et hôpital battent le pavé

— 

D'un côté, le défilé du monde universitaire, de l'autre, un rassemblement pour l'hôpital public. Hier après midi, la grogne était encore au rendez-vous dans les rues de Lille. Les enseignants-chercheurs avaient mobilisé environ 400 personnes pour demander, à nouveau, le retrait de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). « Malgré les récentes annonces, les principes restent les mêmes : supprimer des postes et confier la direction des universités à des super-managers », conteste Claire Bornais du Snesup Lille-I. En fin de parcours, le cortège universitaire rejoignait les 120 manifestants hospitaliers réunis devant la préfecture pour dénoncer la réforme de l'hôpital public. « Le gouvernement souhaite créer un désert sanitaire », dénonce Philippe Bernard, secrétaire régional SUD Santé. Et Jean-François Bourse, secrétaire général CGT de l'UD Nord, de renchérir de son côté : « Nous ne sommes pas contre une réforme, sauf si elle consiste uniquement à supprimer des moyens. » ■ Gi. D.