Le Nord et ses bières précieuses

Gilles Durand

— 

Les brasseurs nordistes peuvent se faire mousser. Le Salon de l'agriculture, qui s'est terminé dimanche, vient de conforter leur hégémonie nationale en terme de qualité. En 2007, les bières du Nord avaient remporté un tiers des médailles du concours général agricole. Cette année, près de la moitié des prix sont tombés dans l'escarcelle nordiste. Une progression qui réjouit le Syndicat des brasseurs de la région Nord de la France. « Si l'Alsace reste le plus gros producteur, nous gardons l'avantage de la diversité et du savoir-faire », explique le secrétaire général Gérard Sonnet. A l'instar de la brasserie Saint-Germain, qui produit la Page 24.

« C'est la première fois qu'une brasserie obtient trois médailles d'or la même année », précise Vincent Bogaert, un des gérants de cette entreprise d'Aix-Noulette, qui vient à peine de fêter ses six printemps. En terme de précocité, la brasserie du Pays flamand, à Blaringhem, ne bulle pas non plus. Première année d'installation, première participation et une médaille d'or. Du côté de Bénifontaine, où on fabrique la Ch'ti, la réussite est devenue une habitude. Onze récompenses en six ans. Le secret ? « Cette fois, c'est un nouveau type de houblon anglais », explique la directrice Annick Castelain. Pour certains, la médaille a son revers. C'est le cas d'Alain Dhaussy, propriétaire de la Choulette à Hordain, qui avait décidé de ne pas participer cette année pour protester contre l'augmentation de l'inscription : « Une médaille est valable deux ans. Comme j'en ai obtenu une l'an dernier, je préfère la rentabiliser cette année. » Mais pour préparer l'édition 2010, sûr qu'il ne brassera pas de l'air. ■