Lille : Quand les stations du métro veulent entrer dans la lumière

TRANSPORTS Ilévia a fait appel à une agence de design pour redonner un coup de modernité à certaines stations de métro

Mikaël Libert
— 
Mise en lumière de la station de métro République-Beaux arts à Lille.
Mise en lumière de la station de métro République-Beaux arts à Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • Ilévia expérimente une mise en lumière de sa station de métro République.
  • L’installation a été réalisée par une agence de design en trois endroits de la station.
  • Si le ressenti des voyageurs est positif, deux nouvelles stations pourront être équipées.

Entrer dans la lumière, et le métro. Ce jeudi, le directeur général d’Ilévia, Gilles Fargier, a appuyé sur un bouton. En faisant cela, il a enclenché un dispositif expérimental de mise en lumière de la station de métro République-Beaux arts, à Lille. L’idée est de redonner un coup de modernité à un patrimoine certes riche, mais qui commence à dater.

« Sombre », « triste », ce sont deux adjectifs peu flatteurs qui sont ressortis de l’enquête de terrain menée pour recueillir le ressenti des utilisateurs du métro lillois. « Chacune des 60 stations est différente, c’est un vrai patrimoine, unique, réalisé par des architectes. Il s’agit de redonner à ce patrimoine le côté innovant, moderne et inspirant qu’il avait à l’époque », reconnaît Gilles Fargier, DG d’Ilévia.

Ilévia veut «séduire le voyageur»

Le ripolinage va commencer par l’emblématique et symbolique station République-Beaux arts, dessinée par l’architecte Gilles Neveu et inaugurée en 1983. Cette station n’a pas été choisie par hasard, notamment parce qu’elle draine un flux de près de 22.000 voyageurs quotidiens. « On veut améliorer l’expérience client et séduire le voyageur en changeant le regard sur des stations que l’on ne regardait même plus », poursuit le DG.

Mise en lumière de la station de métro République-Beaux arts à Lille.
Mise en lumière de la station de métro République-Beaux arts à Lille. - M.Libert / 20 Minutes

Pour cela, le transporteur a fait appel à Marine Mouit-Leduc, une designeuse. « Nous allons agir sur la lumière, le mouvement et la valorisation des espaces », explique-t-elle. Et sans gros investissements ni travaux lourds, mais en disposant astucieusement des leds et en jouant sur les volumes et les couleurs. A « Répu », comme on dit ici, trois installations : « miroirs infinis », « Spartacus sunshine » et « Mots doux », dont le rendu varie en fonction de l’heure de la journée. On vous laissera les découvrir et Ilévia va être attentif aux retours. « Selon le rendu et la perception, l’expérimentation pourra être étendue à deux autres stations », assure Gilles Fargier.