Hauts-de-France : Méfiez-vous de « la chenille, la chenille » urticante

SANTE L’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France alerte sur une importante présence de chenilles urticantes dans la plupart des départements de la région

Mikaël Libert

— 

Une chenille (illustration).
Une chenille (illustration). — CHINE NOUVELLE/SIPA

C’est la recrudescence des chenilles urticantes qui redémarre. L’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France alerte la population sur un phénomène certes saisonnier, mais désagréable tout de même : la présence en nombre de certaines espèces de chenilles dont les poils urticants peuvent vous causer bien des désagréments.

Elles s’appellent processionnaires du pin, du chêne ou encore Bombyx cul brun. Leur point commun : ce sont des espèces de chenilles dotés de poils aux effets urticants. Ces appendices se détachent au gré du vent ou par contact et, lorsqu’ils viennent se coller sur votre peau, provoquent « d’importantes démangeaisons, des conjonctivites, des vomissements, des troubles respiratoires ou encore des allergies », prévient l’ARS.

La meilleure protection est la fuite

Pour se protéger, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que d’éviter soigneusement ces bêtes. « Il est recommandé de ne pas s’approcher, toucher ou écraser les chenilles, les nids, les cocons ou les arbres attaqués », précise l’agence. Le bon sens incitera aussi à ne pas faire sécher son linge sous les arbres potentiellement infestés.

Selon l’ARS, la présence de ces chenilles urticantes a été particulièrement observée dans les départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme. La vigilance dans ces secteurs doit être encore plus élevée. En cas d’exposition, l’autorité de santé explique qu’il ne faut absolument pas se frotter les yeux. Il faut en revanche se laver à l’eau savonneuse immédiatement et mettre à la machine les vêtements exposés.