Lille : Des logements pour SDF aménagés dans une école désaffectée

LOGEMENT La mairie de Lille a mis à disposition d’une association un étage complet d’une école pour y installer des appartements afin de reloger provisoirement des familles de personnes sans abri

Mikaël Libert

— 

Un étage de l'école St-Exupéry, à Lille, a été transformé en logements.
Un étage de l'école St-Exupéry, à Lille, a été transformé en logements. — M.Libert / 20 Minutes
  • Une école désaffectée de Lille a été prêtée par la mairie à l’association La Sauvegarde.
  • Le but était de transformer tout le premier étage en logements pour les SDF.
  • Onze appartements ont été créés permettant de mettre à l’abri 54 personnes.

Les sans-abri rentrent à l’école. Cette semaine, plusieurs familles de personnes sans domicile ont pris leurs quartiers au premier étage de l’école Saint Exupéry, à Lille. Vidé de ses élèves il y a quelque temps, le bâtiment, situé dans le quartier populaire de Moulins, abritait déjà un centre social et plusieurs associations de solidarité. On y trouve aussi désormais une dizaine d’appartements dans lesquels pourront se poser des SDF, le temps de les accompagner vers un logement pérenne.

Le bâtiment n’est pas de première fraîcheur et son implantation, entre le boulevard de Strasbourg et le périphérique, ne fait pas rêver. Il ne fait pas rêver, non, il fait bien mieux que cela. Après avoir été pendant longtemps un lieu d’enseignement, l’ancienne école Saint-Exupéry est à présent un lieu qui dispense l’espoir. Celui d’une vie hors des galères pour une cinquantaine de personnes sans abri. Prêté par la mairie de Lille à l’association La Sauvegarde du Nord pour une durée de cinq ans, le premier étage a été entièrement reconfiguré en onze appartements.

« On n’a plus la pression de la veille hivernale »

« Il y a quatre logements de deux pièces et sept de quatre pièces. On peut y loger 54 personnes en tout », explique Frédéric Rouvière, directeur général de la Sauvegarde. Ainsi, une grande salle de classe a par exemple été transformée en joli appartement de trois chambres avec un salon ouvert sur une cuisine toute équipée. Et pour gagner en surface, les sanitaires sont à l’extérieur. « Il y a une grande salle de bains commune dans laquelle chaque famille dispose d’une douche et de toilettes privatives », poursuit-il. Il y a aussi une grande cuisine collective pour pratiquer des activités en groupes.

Un étage de l'école St-Exupéry, à Lille, a été transformé en logements.
Un étage de l'école St-Exupéry, à Lille, a été transformé en logements. - M.Libert / 20 Minutes

Le but n’est pas de reloger de manière définitive les personnes dans ce lieu qui reste une structure d’hébergement d’urgence. Pour autant, les séjours peuvent être plus ou moins longs : « On n’a plus la pression de la trêve hivernale, ce qui permet aux personnes de se poser et aux travailleurs sociaux de les aider à construire leurs parcours d’insertion », insiste Frédéric Rouvière. Les premières personnes à bénéficier de ces logements faisaient partie des 1.300 SDF logés dans des hôtels de la métropole depuis le premier confinement.

A Lille, il existe près de 2.300 places d’hébergement d’urgence à l’année. « La ville n’a aucune obligation de faire cela puisque c’est une compétence de l’Etat. C’est pour cela que j’insiste sur le fait que nous n’avons aucune leçon à recevoir », glisse Marie-Christine Staniec-Wavrant, adjointe au maire de Lille en charge de l’hébergement d’urgence. « Il faudrait des structures comme cela dans d’autres communes de la MEL. Si chaque ville faisait un effort, il n’y aurait plus personne à la rue », estime Agnès Demotié, directrice du pôle inclusion à La Sauvegarde.