Roubaix : Des trottinettes électriques en libre-service vont bientôt débarquer

MOBILITE L’appel à candidature de la mairie de Roubaix pour mettre en place des trottinettes en libre-service arrive à échéance vendredi. Il doit déboucher sur le choix d’un prestataire pour mener une expérimentation d’un an

Mikaël Libert

— 

Bientôt des trottinettes en libre-service à Roubaix (illustration).
Bientôt des trottinettes en libre-service à Roubaix (illustration). — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Roubaix a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour lancer un service de trottinettes électriques en libre-service.
  • L’expérimentation doit commencer dès le mois de septembre pour une durée d’un an.
  • A l’issue de cette période de test, c’est la Métropole européenne de Lille qui doit décider de la poursuite ou non du service.

La ville de Roubaix, près de Lille, dans le Nord, ne compte pas rester à la traîne sur les mobilités douces. En plus de bosser au développement de l’usage du vélo, la mairie entend mettre à la disposition de ses administrés une flotte de trottinettes électriques en libre-service. L’appel à manifestation d’intérêt se termine, vendredi, et devrait rapidement déboucher sur le choix d’un candidat pour mettre en place ce service.

A Lille, on se souvient du gros flop des Gobee bike, les vélos en libre-service. L’expérience avait duré deux ans au cours desquels on trouvait davantage de ces montures vertes au fond de la Deûle que dans les rues. Depuis, le free-floating n’a plus remis les pieds dans la capitale des Flandres. Mais la mauvaise expérience du voisin n’a pas refroidi Roubaix qui souhaite tester ce service sur son territoire avec des trottinettes et des vélos électriques.

Aux risques et périls de l’opérateur

L’appel à manifestation d’intérêt va permettre d’expérimenter le free-floating pendant une période d’un an et, « au terme d’une période test, d’en permettre le déploiement à l’échelle de la Métropole Européenne de Lille, compétente en matière de déplacements », explique-t-on à la mairie de Roubaix. L’idée d’autoriser « un opérateur unique à exploiter un service de location de trottinettes électriques et de vélos électriques en libre-service, en échange d’une mise à disposition temporaire du domaine public à titre gratuit », est-il précisé. Le risque d’un fiasco sera assumé par l’opérateur choisi, la ville refusant toute participation financière.

Pour autant, la municipalité ne souhaite pas voir du jour au lendemain des trottinettes et des vélos laissés n’importe comment sur le domaine public. Les véhicules devront être pris et remis suivant un « réseau de stations avec des emplacements matérialisés ». Dans certains secteurs de la ville, à définir, l’utilisation des trottinettes sera interdite ou leur vitesse sera limitée précise le document remis aux candidats.

L’étude des dossiers se fera par les services de la ville entre le 1er et le 12 juin. L’opérateur choisi pourra lancer son service à partir du mois de septembre 2021 pour une durée d’un an. Le risque étant pour celui-ci de devoir remballer tout son matériel à l’issue de l’expérimentation si la Métropole décidait de ne pas donner suite. A Paris ou à Lyon, par exemple, ce service fonctionne très bien. Les trois opérateurs qui se partagent le marché ont déployé pas moins de 15.000 trottinettes dans la capitale. En revanche, à Toulouse ou Nantes, les municipalités ont décidé de ne pas autoriser le free-floating.