Lille : Le déferlement de la 5G est prévu pour le 15 juillet

TELEPHONIE La ville de Lille a levé son moratoire après avoir trouvé un accord avec les opérateurs de téléphonie pour la mise en service du réseau 5G

Mikaël Libert

— 

Des antennes relais de téléphonie mobile à Lille (illustration).
Des antennes relais de téléphonie mobile à Lille (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • En octobre 2020, la ville de Lille avait voté un moratoire sur le déploiement de la 5G.
  • Ce moratoire a été levé après la publication du rapport de l’Anses et la mise en place d’un débat public.
  • Une déclaration commune entre les opérateurs et la mairie a été signée et la 5G pourra être mise en service dès le 15 juillet prochain.

Ouvrez les vannes. En octobre dernier, le conseil municipal de Lille avait voté un moratoire visant à surseoir « à toute autorisation d’implantation ou d’allumage d’antennes ''test'' » pour le déploiement de la 5G. Sept mois plus tard, la maire de Lille, Martine Aubry, a assuré que les conditions pour délivrer les opérateurs de ce moratoire étaient remplies. Orange, SFR, Bouygues et Free se sont engagés, ce jeudi, dans une déclaration commune, à lancer le service de manière raisonnée à Lille dès mi-juillet.

Alors que rien ne les contraignait légalement à respecter le moratoire voté par les élus lillois, les opérateurs de téléphonie mobile ont tout de même joué le jeu en évitant d’installer des antennes 5G ou en n’allumant pas les antennes déjà implantées sur le territoire de la commune. Après d’intenses discussions, engagées depuis octobre dernier, toutes les parties ont trouvé un accord, formalisé dans une déclaration commune signée, ce jeudi. « Certains ont avancé contre notre avis, il y a eu des points durs », reconnaît Martine Aubry qui se félicite par ailleurs que Lille soit la seule ville, avec Paris, à avoir signé une charte avec les opérateurs.

« Limiter l’exposition des habitants aux ondes électromagnétiques »

Ces derniers se sont notamment engagés à « limiter l’exposition des habitants aux ondes électromagnétiques » en observant cette exposition à l’aide de sondes installées à leurs frais sur l’espace public. « Le seuil de vigilance a été porté à 6 volts par mètre alors que la loi permet de monter à 61 volts par mètre », assure la maire de Lille. Un point qui a été difficile à arracher aux opérateurs et qui reste en travers de la gorge de la Fédération française des télécoms.

C’est donc normalement grâce à cet engagement que le nombre d’antennes 5G ne devrait pas exploser à Lille. « Il s’agira pour les opérateurs de mutualiser autant que possible les équipements », insiste Audrey Linkenheld, adjointe au maire en charge de la transition écologique. Néanmoins, il n’a pas été possible, ce jeudi, de connaître le nombre définitif d’antennes 5G qui sont ou seront implantées. A l’aide du site de l’agence nationale des fréquences (ANFR), 20 Minutes en avait comptabilisé une centaine, déjà installées ou ayant reçu une autorisation.

Si certains opérateurs, comme Orange, ont donc déjà leur infrastructure 5G en place, d’autres doivent encore installer leur matériel. C’est pour cette raison que, « dans un souci d’équité et pour favoriser la concurrence », la date de mise en service pour les quatre opérateurs a été fixée au 15 juillet prochain.