Déconfinement à Lille : La mairie aidera bars et restos mais sera « sans pitié » en cas de problème

EPIDEMIE La ville de Lille a pris des mesures pour aider les bars et restaurants dans le cadre du déconfinement progressif qui interviendra à partir du 19 mai, avec notamment la réouverture des terrasses

Mikaël Libert
— 
Bars et restos pourront rouvrir leurs terrasses le 19 mai (illustration).
Bars et restos pourront rouvrir leurs terrasses le 19 mai (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Dès le 19 mai, bars et restaurants pourront rouvrir leurs terrasses.
  • La ville de Lille a décidé de maintenir la gratuité des terrasses jusqu’au 30 septembre.
  • Les commerçants auront aussi la possibilité d’agrandir les terrasses existantes ou d’en créer des provisoires.

A moins de deux semaines de la réouverture des terrasses des bars et restaurants, clients et professionnels piaffent d’impatience. Pour autant, comme l’a rappelé Martine Aubry, maire de Lille, ce ne sera pas un retour complet à la vie d’avant. Des mesures sanitaires restrictives resteront en vigueur et les commerçants devront s’y plier. Pour atténuer l’effet de ces contraintes, la mairie compte faire un geste, voire plusieurs. Il faudra cependant que les patrons restent dans les clous, sinon…

« Du calme, il ne faut pas que tout le monde pense que la partie est gagnée », prévenait Martine Aubry, jeudi, tout en se réjouissant de la prochaine réouverture des terrasses. A ce propos, la ville compte remettre en place les dispositifs qui avaient été proposés aux commerçants lors des précédents déconfinements.

Gratuité, extensions et terrasses éphémères

A commencer par l’exonération de la redevance d’occupation de l’espace public pour les établissements possédant une terrasse permanente qui sont environ 700 sur le territoire de la commune. La gratuité sera effective jusqu’à la fin du mois de septembre et représente un manque à gagner pour la ville de l’ordre de 750.000 euros (900.000 euros en 2020).

La mairie est aussi prête à accorder des extensions de terrasses ainsi que la mise en place de terrasses éphémères pour tâcher de compenser l’interdiction faite aux établissements d’accueillir les clients à l’intérieur. « Il y aura des rouspétances de la part de certains riverains mais il faut aussi penser aux restaurants qui sont fermés depuis huit mois », a tout de suite anticipé Martine Aubry. Ces extensions ou créations pourront se faire « partout où cela est possible » et à condition de respecter quelques règles : laisser libre un passage de 1,40 m pour les personnes handicapées sur le trottoir, ne pas empiéter sur une entrée d’immeuble, etc.

« Sans pitié » en cas de débordements

Par exemple, pour les restaurants de l’avenue Jean-Lebas, la piste cyclable, actuellement sur le trottoir, sera décalée sur la chaussée pour permettre aux établissements de disposer de davantage de place. La ville a aussi ciblé un certain nombre de rues dans lesquelles les commerçants pourront investir des places de stationnement pour agrandir leurs terrasses.

Néanmoins, Martine Aubry précise que rien n’est gravé dans le marbre. Les établissements ayant déjà obtenu de précédentes extensions ne sont pas assurés de les obtenir de nouveau, de même que les nouvelles autorisations pourront être retirées en cas de débordements. « Un des restaurants de la rue des Bouchers sera privé de terrasse cette année. Nous avons aussi dans le collimateur un certain nombre de bars de la rue Royale. Ils seront surveillés de près et l’on sera sans pitié », a prévenu la maire de Lille.