Coronavirus dans les Hauts-de-France : Près de 1,53 milliard de kilowattheures économisés en 2020

ELECTRICITE Réseau transport d’électricité (RTE) a constaté une « baisse inédite » de la consommation d’électricité au cours de l’année 2020 liée directement à l’épidémie de coronavirus

Mikaël Libert

— 

Intervention de techniciens RTE sur un pylône électrique (illustration).
Intervention de techniciens RTE sur un pylône électrique (illustration). — RTE
  • L’épidémie de coronavirus a effectivement eu un impact sur la consommation d’électricité dans les Hauts-de-France.
  • RTE a constaté une « baisse inédite », notamment dans les grandes industries que ne contrebalance pas la légère hausse chez les particuliers.
  • Cela se traduit par l’économie de près de 1,53 milliard de kilowattheures.

En 2020, on aura vécu des choses jamais vues auparavant avec l’épidémie de coronavirus. Parmi les conséquences de cette crise sanitaire, l’une concerne la consommation d’électricité. De l’aveu même de Réseau transport d’électricité (RTE), une telle chute de consommation est historique car inédite. Dans les Hauts-de-France, cela représente de millions de kilowattheures économisés.

Peu avant l’hiver dernier, RTE Hauts-de-France avait lancé une alerte sur l’approvisionnement en électricité de la région qui aurait pu être compliqué en cas de températures trop basses. Le transporteur d’énergie avait prévenu que des coupures brèves et ponctuelles pouvaient survenir en cas de trop forte demande. Cela n’a pas été le cas pour plusieurs raisons. « Les températures ont été plutôt clémentes et la crise sanitaire a aussi aidé », reconnaît Laurent Cantat-Lampin, délégué régional de RTE.

Une chute de la consommation électrique inédite

Finalement, la conclusion est assez logique. « Sur toute l’année 2020, la consommation d’électricité a chuté de 3,4 %. C’est une baisse inédite puisque la tendance était à l’équilibre depuis une dizaine d’années », explique le délégué de RTE. C’est au cours du premier confinement que la baisse a été la plus spectaculaire avec -15 % de consommation. « Beaucoup de grosses industries très consommatrices d’électricité étaient à l’arrêt comme le ferroviaire ou l’automobile », poursuit-il.

En parallèle, certains secteurs ont été plus gourmands qu’à l’ordinaire. Les fabricants de papier et carton et le tertiaire, notamment les datacenters. Les particuliers aussi, qui ont augmenté leur consommation de 2 %. Là encore, c’est logique : confinés chez eux, les habitants des Hauts-de-France traînaient davantage sur les Internets et se faisaient livrer leurs achats à domicile. Mais en cumulé, cela ne suffit pas à compenser la perte côté grandes industries. D’où l’économie de près de 1,52 Twh sur une consommation annuelle moyenne de 45 Twh. L’équivalent de la consommation annuelle de plus de 325.000 foyers.

Ainsi, on pourrait croire qu’EDF a baissé sa production d’électricité. C’est vrai au national et faux pour la région. D’ailleurs, dans les Hauts-de-France, la production à même augmenté de 5,4 % par rapport à 2019. « Cela s’explique par un équilibrage nécessaire entre les régions qui produisent plus et celles qui produisent moins », assure Laurent Cantat-Lampin. D’ailleurs, à ce sujet, c’est toujours le nucléaire qui arrive en tête dans les Hauts-de-France (59 %), même si la part des énergies renouvelables est en constante augmentation (27 %).