Coronavirus dans les Hauts-de-France : Des navettes vaccins et des vaccinodromes mobiles dans la région

EPIDEMIE Plusieurs dispositifs vont être déployés dans les Hauts-de-France pour améliorer l’accessibilité au vaccin contre le coronavirus

Mikaël Libert

— 

Illustration d'une personne se faisant vacciner.
Illustration d'une personne se faisant vacciner. — M.Libert / 20 Minutes
  • La couverture vaccinale dans les Hauts-de-France est l’une des plus élevées de France.
  • Malgré un maillage dense des lieux de vaccination, l’accès au vaccin demeure difficile pour certains habitants.
  • La région et l’ARS vont mettre en place des navettes vers les centres de vaccination et des vaccinodromes mobiles.

Si vous ne pouvez aller jusqu’au vaccin, le vaccin viendra à vous. Samedi, l’Agence régionale de santé (ARS) a fait le point sur la situation vaccinale contre l'épidémie de coronavirus dans les Hauts-de-France. L’autorité souligne un rythme « particulièrement dynamique » dans la région, lequel sera encore accentué grâce à la mise en place de dispositifs à destination des personnes éloignées des centres de vaccination.

Entre début mars et vendredi, « 973.299 personnes ont ainsi reçu au moins une injection et 297.156 personnes sont pleinement vaccinées », affirme l’ARS. A Lille, par exemple, près de la totalité des résidents d’Ehpad (92 %) a reçu ses deux doses de vaccin. Sur l’ensemble de la région, ce sont 16,3 % des habitants qui ont reçu au moins une dose. Un chiffre légèrement supérieur à la moyenne nationale établie à 15,7 %.

Navettes et vaccinodromes mobiles

Selon l’ARS, il existe à ce jour 157 lieux de vaccination dans les Hauts-de-France, répartis de manière que la moitié des habitants se trouve « à moins de 20 minutes de voiture d’un centre de vaccination », affirme l’Agence.

Cependant, des trous dans la raquette demeurent, notamment dans les zones les plus rurales. Il existe aussi le problème des personnes ne pouvant se rendre par leurs propres moyens à la consultation. Le conseil régional a ainsi décidé de mettre à disposition cent bus pour assurer des navettes vers les centres de vaccination. On ignore cependant à quelle échéance et de quelle manière sera organisé ce service.

La région a aussi proposé le prêt de 15 minibus pour, à l’inverse, acheminer les vaccinateurs dans les zones les plus reculées. Cette quinzaine d’équipes mobiles viendra compléter les 16 déjà en service dans l’Aisne, l’Oise, le Nord et le Pas-de-Calais.