Entre restauration et rénovation

Gilles Durand

— 

La cantine lilloise est en pleine restructuration. Après avoir réduit le tarif des repas par deux, la municipalité s'occupe désormais de la logistique. Depuis le début de la semaine, une cuisine centrale provisoire de 900 m² a ouvert ses fourneaux sur le boulevard de Strasbourg dans des préfabriqués. Objectif de la mairie : s'adapter aux normes sanitaires en regroupant l'ensemble de la préparation des repas des 47 restaurants scolaires lillois, auxquels s'ajouteront ceux des personnes âgées du CCAS. Une première étape avant la construction d'une cuisine centrale sur la friche Fauvet-Girel à Lille-Sud, prévue qui doit être opérationnelle d'ici à 2012.

« Entre le programme de rénovation de dix restaurants scolaires et la création de ce nouvel équipement, l'investissement financier s'élève à environ 30 millions d'euros », précise Marielle Rengot, conseillère municipale (PS) déléguée à la restauration scolaire. Depuis le début de la semaine, six restaurants sont déjà approvisionnés par cette cuisine provisoire flambant neuve. Neuf de plus le seront à partir du 9 mars, soit 3 760 repas quotidiens représentant près de la moitié des assiettes des jeunes Lillois. Parallèlement à la confection des repas, le lieu servira aussi à accueillir les enfants des restaurants en travaux.

Autre défi de la mairie, confectionner la moitié des repas avec des produits biologiques d'ici à 2012. « Sans augmentation de prix », souligne Marielle Rengot. Reste à structurer la filière car la production régionale ne sera pas suffisante pour approvisionner les cuisines. La coopérative Gabnord se dit « prête sur certains légumes ». ■