Nord : Les bons conseils pour les motards qui reprennent le guidon après l’hiver

SECURITE ROUTIERE Avec le retour des beaux jours, les motos sortent des garages. « 20 Minutes » a interrogé un motard de la police et un mécanicien pour connaître leurs conseils afin de reprendre le guidon en toute sécurité

Mikaël Libert

— 

Au sortir de l'hiver, les motards reprennent la route (illustration).
Au sortir de l'hiver, les motards reprennent la route (illustration). — A.Gelebart / 20 Minutes
  • Avec l’arrivée du printemps, les motos vont faire leur grand retour sur les routes. C’est à cette période que les autorités dénombrent le plus d’accidents impliquant des deux-roues.
  • Deux spécialistes de la moto nous ont donné leurs conseils pour une reprise du guidon en toute sécurité.

On voit deux choses apparaître au sortir de l’hiver : les jonquilles et les motards. Ces derniers, qui ont majoritairement préféré l’habitacle chauffé d’une voiture entre novembre et mars, trépignent d’impatience de chevaucher à nouveau leurs engins. Les récents accidents impliquant des deux roues en témoignent, après plusieurs mois sans pratiquer, il ne faut pas se lancer n’importe comment. Le chef des motards de la police du Nord et le gérant d’un garage moto ont expliqué à 20 Minutes comment se remettre en selle en toute sécurité.

Depuis début mars, dans le Nord, on dénombre déjà quatre accidents graves impliquant des motards. L’un s’est fait arracher le pied par une voiture qui lui a coupé la route, un autre est mort après avoir perdu le contrôle de sa moto, un troisième a été gravement blessé à cause d’un freinage tardif. Le dernier date de mercredi, et c’est un motard de la police qui a été renversé par un automobiliste lui ayant refusé la priorité.

« La plupart des accidents ont lieu au début des beaux jours »

« La plupart des accidents ont lieu au début des beaux jours, lorsque les motards ont encore peu roulé et que les conditions climatiques sont encore changeantes », reconnaît le commandant Franck*, chef des motards de la police du Nord. En 2019, 19 motards sont morts sur les routes du département, contre 13 en 2020, une baisse notable essentiellement due au confinement, selon le policier.

Pour le commandant Franck, le point le plus important, c’est l’équipement : « Un bon casque, un blouson, un pantalon, des gants et des bottes de moto, c’est le minimum. Le gilet airbag n’est pas non plus un gadget, c’est peut-être ce qui a sauvé la vie du collègue mercredi », affirme le policier.

Même si quelques mois ne suffisent pas à oublier le maniement d’un deux-roues, les réflexes ne sont plus les mêmes. « Sans aller jusqu’à reprendre des leçons en école, il y a des opérations de reprise du guidon qui permettent de retrouver ses réflexes et ses sensations », poursuit le commandant. Parce qu’il y a principalement deux typologies d’accidents impliquant des motos : « Soit le motard seul qui estime mal sa vitesse ou son temps de freinage pour effectuer une manœuvre comme un dépassement, soit cela vient d’un automobiliste qui n’a pas vu arriver la moto », détaille-t-il.

Côté mécanique aussi il y a des choses à faire. « Il ne faut surtout pas monter sur sa machine et partir tout de suite », prévient John Delplace, gérant du garage MT Motos à Lille. Charger la batterie, vérifier la pression des pneus et les organes électriques, c’est la base. « Pour les motos à carburateur, il faut aussi vidanger les cuves où l’essence accumulée a pu prendre l’humidité », explique le mécanicien. Tout aussi primordial, il faut vérifier ou faire vérifier les niveaux de liquides et l’usure des plaquettes de frein. Selon le type de moto, comptez entre 100 et 150 euros pour une remise en route. Et une fois tout cela fait, il n’y a plus qu’à profiter.

* Pour des questions de sécurité, le policier a préféré que son nom de famille n’apparaisse pas dans l’article.