La bataille des Européennes est lancée dans le Nord

POLITIQUE Il n'y aura qu'un tour. Et il ne faudra pas se rater...

Vincent Vantighem

— 

Les eurodéputés ont donné mercredi leur accord de principe à des sanctions contre des employeurs de clandestins dans l'UE, entreprises comme particuliers, qui complètent l'arsenal européen de lutte contre l'immigration illégale.
Les eurodéputés ont donné mercredi leur accord de principe à des sanctions contre des employeurs de clandestins dans l'UE, entreprises comme particuliers, qui complètent l'arsenal européen de lutte contre l'immigration illégale. — Dominique Faget AFP/Archives

 A quatre mois du scrutin européen, la plupart des partis ont déjà désigné leurs têtes de listes.

Dominique Riquet pour l'UMP
On attendait Valérie Létard. Ce sera un autre Valenciennois qui conduira la liste UMP. Dominique Riquet, le maire de Valenciennes, a été un peu «surpris» de se voir bombardé à ce poste. Engagé dans la vie politique depuis vingt ans, il aborde cette campagne avec «plaisir» et un peu «d'inquiétude». Tokia Saïfi sera sa numéro deux.

Jacky Hénin pour le PC
On ne change pas une équipe qui gagne. Seul eurodéputé PC élu dans le Nord en 2004, Jacky Hénin repart au combat après sa défaite aux municipales à Calais et aux cantonales. De Nieppe à Billy-Montigny, il est déjà en campagne pour «faire mieux en nombre de voix que la dernière fois».

Hélène Flautre pour les Verts
«Le parti a apprécié la façon dont je travaillais.» Hélène Flautre repart au combat pour les Verts après un mandat hyperactif qui l'a conduit des centres de rétention administrative du Nord aux ruines de Gaza. C'est la seule eurodéputée Verts de France qui rempile.

Corinne Lepage pour le MoDem
Olivier Henno, maire de Saint-André était candidat. Mais François Bayrou lui a finalement préféré Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement pour mener campagne dans le Nord. Henno sera son numéro deux.

Carl Lang sans étiquette
En bisbille avec Marine Le Pen, Carl Lang repart au combat sans l'étiquette du FN. Sans étiquette tout court d'ailleurs, puisqu'il n'a pas encore baptisé sa nouvelle formation politique. La ligne, elle, reste inchangée: «Mobiliser les déçus du sarkozysme.»

Marine Le Pen pour le FN
«Elle n'a pas eu le courage d'affronter les ténors d'Ile-de-France», selon Carl Lang. Marine Le Pen sera donc de la partie dans le Nord, où elle est conseillère municipale d'opposition à Hénin-Beaumont.