Coronavirus dans les Hauts-de-France : Lits supplémentaires ouverts dans les hôpitaux, la situation sanitaire se dégrade

EPIDEMIE L’Agence régionale de Santé des Hauts-de-France a demandé aux hôpitaux de la région d’ouvrir 50 lits de réanimation supplémentaires

Gilles Durand

— 

Un patient touché par le Covid-19 sous respiration artificielle, à Marseille.
Un patient touché par le Covid-19 sous respiration artificielle, à Marseille. — AFP

La situation épidémiologique et sanitaire semble se dégrader. L’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France a demandé, jeudi, aux hôpitaux de la région d’ouvrir 50 lits de réanimation supplémentaires, portant la capacité à recevoir des malades du Covid-19 à 650.

« Un volume permettant de prendre en charge l’ensemble des patients en cas d’augmentation de l’activité Covid dans les prochains jours », précise l’ARS, dans un communiqué. L’autorité de santé annonce « une augmentation progressive depuis plusieurs semaines des taux d’incidence » et « l’apparition de tensions dans plusieurs établissements de santé ».

Davantage de patients hospitalisés et en réanimation

Les indicateurs de suivi de l’épidémie montrent, en effet, une augmentation du nombre de cas depuis le début décembre. Alors que le taux d’incidence régional était de 119,2, le 9 décembre, il s’établit aujourd’hui à 222,8 cas pour 100.000 habitants.

Dans chaque département de la région, ces taux dépassent désormais les 200 cas, avec des pics dans trois secteurs : plus de 500 cas dans l’ouest de la Somme et un peu moins de 500 dans les environs de Chauny, dans l’Aisne et autour de Dunkerque, dans le Nord.

On constate également une augmentation progressive du nombre de patients hospitalisés (2.591 contre 2.286, le 16 janvier) et en réanimation (306 contre 250, le 2 janvier). « Plusieurs hôpitaux connaissent des tensions ces derniers jours avec des taux d’occupation Covid qui dépassent les 50 % dans l’Aisne et dans l’Oise et avoisinent les 50 % autour de Dunkerque », souligne l’ARS.