Lille : L’extrême droite s’invite dans la lutte pour sauver la chapelle Saint-Joseph

PATRIMOINE Un collectif proche de la mouvance identitaire est monté sur le toit de la chapelle pour protester contre sa destruction imminente

Mikaël Libert

— 

La chapelle Saint-Joseph devrait être détruite dans les prochains mois
La chapelle Saint-Joseph devrait être détruite dans les prochains mois — F.Launay/20 Minutes
  • Une chapelle du XIXe désacralisée et tombée dans l’oubli doit être détruite.
  • Un mouvement de défenseurs du patrimoine s’est créé pour tenter de sauver l’édifice.
  • Le sort de la chapelle est scellé, tous les recours contre sa destruction ayant été épuisés.
  • Un collectif proche de la mouvance identitaire se dit prêt à protéger physiquement Saint Joseph.

Dimanche, quelques personnes ont brièvement occupé le toit de la chapelle Saint-Joseph, à Lille, brandissant une banderole sur laquelle était inscrit « Défends ton patrimoine ». L’action de ce collectif baptisé « Défense patrimoine » a été revendiquée et soutenue par des personnes proches de la mouvance identitaire lilloise. L’édifice, qui appartient au groupe La Catho, doit être détruit prochainement pour laisser la place à un campus universitaire.

Désacralisée en 2002 et laissée à l’abandon, oubliée et inaccessible au public, la chapelle Saint Joseph, dans le quartier Vauban, à Lille, fait pourtant couler beaucoup d’encre depuis qu’elle est promise à la démolition. L’édifice, dont l’intérêt « n’est pas suffisant pour justifier un classement au titre des monuments historiques », a suscité une forte mobilisation des défenseurs du patrimoine et politiques de tous bords. Une pétition a même recueilli près de 12.000 signatures et la grâce de la chapelle a été demandée aux plus hautes sphères de l’Etat. En vain. Propriétaire de Saint Joseph, l’Yncrea, groupe d’écoles d’ingénieurs dépendant de la Catho, pourra donc bien faire exécuter son permis de démolition.

Un mode opératoire largement utilisé par les identitaires

La messe semble donc dite pour l’édifice du XIXe, les recours et moyens d’action légaux ayant été épuisés pour tenter de le sauver. Sauf que Défense patrimoine, un collectif méconnu, a décidé de faire entendre son point de vue de manière plus musclée. Dimanche, sur un mode opératoire largement utilisé par les identitaires, plusieurs militants sont montés sur le toit de la chapelle pour y brandir une banderole « défends ton patrimoine ». L’action a d’ailleurs été relayée sur les réseaux sociaux par des personnalités d’extrême droite.

C’est le genre de soutien qui semble gêner aux entournures Urgences Patrimoine. « C’était prévisible, mais Urgences Patrimoine ne peut que se désolidariser d’une action qui ne respecte pas le Droit », assure l’association qui, par ailleurs, ne se prive pas de relayer les photos et les vidéos de l’événement. Sur Internet, Urgence patrimoine a aussi insisté sur son opposition « à toute récupération politique ».

De son côté, le collectif Défense patrimoine assure vouloir « faire pression sur les pouvoirs publics en protégeant physiquement » la chapelle, est-il expliqué dans un communiqué publié sur Twitter. Le collectif, dont on ignore le nombre de membres, revendique travailler « en collaboration avec La Citadelle », association proche de la mouvance identitaire.