« On pourra circuler à vélo dans le magasin »

— 

Un sentiment de vide. Dix hectares de bâtiments couverts sans machine, sans personne. « Adieu Bouboule » : sur les murs décrépis, les anciens ont voulu laisser une trace dans cette usine qui a fermé ses portes en 2005.

Si les travaux n'ont pas encore commencé, Décathlon compte bien investir totalement les lieux d'ici septembre 2010. Comment ? En injectant 35 millions d'euros.

Le concept est simple. Installer une usine de production qui alimentera directement le magasin ouvert sur le site. « On pourra circuler à vélo dans les rayons, assure Pascal Bizard, responsable de la division mécanique. Les allées seront assez larges pour cela... »

Outre un musée du vélo, Décathlon planche aussi sur un projet de conception-livraison ultra-rapide. « L'idée, c'est d'installer un concepteur dans le magasin », poursuit Pascal Bizard. En clair : une sorte d'ordinateur sur lequel le client pourra choisir la couleur de son vélo, le type de cadre... Ensuite, il pourra aller faire un tour, prendre un café. « Et une heure après, il repartira avec son vélo », conclut Pascal Bizard qui insiste sur la complexité du dispositif.

Dans un premier temps, l'usine d'assemblage devrait alimenter les différents magasins de la métropole et aussi desservir en circuit court une zone de trois heures autour de Lille. Aujourd'hui, les clients mettent un mois et demi pour recevoir leur vélo. Ce temps-là sera totalement révolu d'ici à la fin 2010. ■ Vincent Vantighem