Hauts-de-France : Les gendarmes démantèlent un trafic de voitures de luxe

ENQUETE Un réseau très organisé volait des véhicules haut de gamme puis les revendait maquillés grâce à de faux documents

Mikaël Libert

— 

Un véhicule de la gendarmerie de la Haute-Garonne.
Un véhicule de la gendarmerie de la Haute-Garonne. — B. Colin / 20 Minutes
  • Un réseau de trafiquants de voitures haut de gamme sévissait dans les Hauts-de-France.
  • Les véhicules étaient dérobés, maquillés puis revendus dans la région.
  • Quatre personnes ont été interpellées et trois ont été placées en détention provisoire.

La semaine dernière, les gendarmes de Picardie ont démantelé une équipe de trafiquants de voitures de luxe. Quatre personnes ont été interpellées dans le sud des Hauts-de-France et trois ont été placées en détention provisoire a-t-on appris, ce lundi, auprès de la gendarmerie.

Il y a quelques mois déjà que les militaires sont sur la piste de ce réseau. Une enquête avait d’abord été ouverte par le parquet de Compiègne, suivie par une information judiciaire d’un juge d’instruction du même tribunal. Sur le coup, les gendarmes de la section de recherches d’Amiens et leurs collègues de la brigade de recherches de Senlis.

Volés puis revendus grâce à de fausses cartes grises

Selon la gendarmerie, cette « équipe active et structurée de trafiquants de véhicules visant plusieurs modèles de haute gamme » travaillait exclusivement dans les Hauts-de-France. Les investigations ont permis d’établir que les véhicules étaient volés un peu partout dans la région avant d’être « acheminés sur le secteur compiégnois puis hors département, avant de revenir en région picarde pour y être revendus », détaillent les gendarmes. Avant la revente, les véhicules étaient blanchis à l’aide de faux documents d’immatriculation.

Jeudi dernier, les enquêteurs ont lancé l’opération d’interpellation des suspects. La plupart résidaient dans l’Oise, les autres dans des départements limitrophes. Dans la foulée des interpellations, les militaires ont procédé à plusieurs perquisitions. « Sur les différents lieux, les enquêteurs ont pu ainsi saisir de l’outillage, des vêtements et des produits de luxe ainsi que 17.000 euros en numéraire », précise la gendarmerie. Cerise sur le gâteau, plusieurs véhicules ont été saisis, d’une valeur totale estimée à plus de 350.000 euros.

Le juge d’instruction en charge du dossier a procédé à la mise en examen de quatre mis en cause. Trois d’entre eux ont été placés en détention provisoire.