Lille : Le père Arthur, « prêtre des Roms », est décédé

NECROLOGIE Les chemins du Seigneur avaient mené le Père Arthur vers les Roms

20 Minutes avec AFP

— 

Le Père Arthur distribuant de la nourriture et des vêtements aux familles Roms dans la métropole lilloise.
Le Père Arthur distribuant de la nourriture et des vêtements aux familles Roms dans la métropole lilloise. — Facelly / SIPA

Il était connu comme le « prêtre des Roms ». Le prêtre lillois Arthur Hervet, pourfendeur du traitement de cette communauté lors du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, est décédé, lundi, à l’âge de 82 ans, a annoncé la section lilloise des droits de l’Homme.

« Le Père Arthur est mort (…) Depuis des années, nous travaillions ensemble pour que les Roms puissent mener dans l’agglomération lilloise une vie digne et respectée », a annoncé la Ligue des droits de l’Homme de Lille, dans un communiqué.

« Un grand vide »

Sa mort, des suites d’une longue maladie, « laisse un grand vide qui sera difficile à combler, dans les rangs de celles et de ceux qui luttaient contre la situation insupportable faite aux réfugiés roms, victimes de persécutions à travers toute l’Europe », a-t-elle ajouté.

Pour Dominique Plancke, animateur du Collectif solidarités-Roms de Lille Métropole, le père Arthur était « un personnage atypique et très engagé ». « Ces dernières années, il continuait à faire des distributions alimentaires sur les bidonvilles », a-t-il déclaré à l’AFP, saluant son « énergie » et sa « volonté d’être auprès des plus démunis ».

Engagé auprès des détenus et des prostituées

Ordonné prêtre en 1968, membre de la communauté de l’Assomption, le père Arthur s’était d’abord engagé auprès des détenus et des prostituées, avant de devenir, à Lille, la figure emblématique pour défendre la cause des Roms.

Il s’était notamment opposé avec fracas à la politique de Nicolas Sarkozy en 2010, créant la polémique en affirmant souhaiter que ce dernier ait « une crise cardiaque », avant de présenter ses excuses.

Il avait alors également rendu sa médaille de l’Ordre national du Mérite pour dénoncer la politique du gouvernement envers les Roms et les expulsions les visant.