Histoire de test à l'école Jules-Michelet

Vincent Vantighem

— 

La veille, Bérénice a mal dormi. Léa, sa voisine de classe, était stressée. Comme tous les élèves de CM2 en France, les pensionnaires de l'école Jules-Michelet de Lille ont entamé, hier, les épreuves du nouveau dispositif d'évaluation national.

Une nouvelle d'Ernest Hemingway (Les neiges du Kilimandjaro, éd. Gallimard), quelques questions sur les compléments d'objet direct et un peu d'algèbre : le test initié par Xavier Darcos, le ministre de l'Education nationale, vise à évaluer le niveau de chaque élève à l'aube de l'entrée en sixième.

Devant l'inspecteur d'académie, Sandrine Régnard, l'institutrice, fait le job. Impeccable. « Dans l'exercice 3, vous entourez le verbe et soulignez son sujet. Au crayon de bois. » Mais à la pause, le masque tombe et les doutes surgissent. « Je n'ai pas besoin de cette épreuve pour connaître le niveau de mes élèves, lâche-t-elle. D'autant que certaines questions posées n'ont pas encore été revues en classe. »

T-Shirt rouge flashy et sourire jusqu'aux oreilles, Samy n'a pas été perturbé par les questions. « J'ai trouvé ça facile, fanfaronne-t-il. Heureusement, parce que si ça ne marche pas, on ne passera peut-être pas en sixième... » Sous un dessin de Titeuf, Gilles Grosdemange, l'inspecteur d'académie, corrige : « Mais non ! Ce test ne remet pas en cause le passage en sixième. Il permet de cibler les élèves en difficulté pour leur apporter du soutien avant la fin de l'année. »

Nawa aussi voit ça d'un bon oeil. Seul sur sa table au fond de la classe, il avoue que la question 1 était « dure », qu'il n'a pas « réussi » l'exercice 2 et fait l'impasse sur le 3. « Mais c'est bien. On va pouvoir progresser avant la sixième. »

Construite en 1892, cette école de la troisième République n'est pas la plus « difficile », de l'aveu même de son directeur, Jean-Jacques Degiovanni. « De toute façon, le ministère a précisé que ce test ne donnerait pas lieu à un classement des établissements. Enfin ça, on verra bien », poursuit le directeur. Léa, elle, s'en moque. Le directeur a jeté un coup d'oeil à sa copie. « J'ai presque tout bon m'a-t-il dit. » ■