Poweo cible les pas au courant

Olivier Aballain

— 

Mauvaises ondes pour Poweo. Plusieurs communes du bassin minier se plaignent, depuis quelques jours, des méthodes commerciales du concurrent d'EDF. Au point, pour certaines, de prendre des arrêtés municipaux à l'encontre des démarcheurs de Poweo. « Nos habitants nous ont alertés la semaine dernière », explique Daniel Dewalle, maire (PC) de Houdain, près de Lens. Lui a pris un arrêté d'interdiction le 7 janvier. « Deux démarcheurs se présentaient en laissant croire qu'ils étaient de EDF. Ils s'étonnaient que les abonnés n'aient pas bénéficié d'une réduction de 10 % des tarifs EDF, puis proposaient d'y remédier en signant un nouveau contrat. Mais il faut bien détailler le contrat pour savoir que c'est un papier Poweo, et pas EDF. » Les mêmes méthodes ont été signalées à Bully-les-Mines, Calonne, Mesnil-les-Rhuys et Vitry-en-Artois.

De son côté, Poweo se défend d'inciter ses démarcheurs à mentir. « Les quelques cas problématiques sont ceux de commerciaux juniors, en période d'essai. Ceux-là ont été sanctionnés. » Pour expliquer l'ampleur du phénomène, la société évoque plutôt une incompréhension des clients : « Ils ne sont pas habitués à la concurrence. Pour les abonnés, lorsque l'on parle d'électricité, c'est forcément EDF. Alors quand on sort un contrat Poweo, ils sont surpris. » Le Parquet de Béthune confirme tout de même qu'il suit l'affaire avec attention. Mais il n'a pas encore ouvert d'enquête. « Nous attendons qu'une plainte soit déposée, ou que la DGCCRF [répression des fraudes], qui s'y intéresse, nous transmette des éléments », indique Brigitte Lamy, procureur de Béthune. ■