Confinement à Lille : Une hotline nocturne de soutien psychologique pour les étudiants

SANTE L’association parisienne Nightline vient de déployer à Lille son service gratuit de soutien psychologique pour les étudiants en détresse

Mikaël Libert

— 

Le numéro lillois de l'association Nightline.
Le numéro lillois de l'association Nightline. — M.Libert / 20 Minutes
  • Parmi les indicateurs alarmants se trouve la santé mentale des étudiants.
  • Aux problématiques habituelles de l’isolement ou du stress s’ajoutent celles liées à la crise sanitaire du coronavirus.
  • Nightline propose un service de soutien psychologique nocturne par téléphone aux étudiants de l’agglomération lilloise.

Beaucoup sont ceux qui, une fois entrés dans la vie active, regrettent, la larme à l’œil, leurs années d’étudiants. La jeunesse, l’insouciance, les grosses teufs, les potes et les cours aussi, avec plus ou moins d’assiduité. Les galères, si l’on s’en amuse avec du recul, quand on est dedans, c’est une autre histoire. Et il faut dire qu’ils en ont eu leur lot de galères, cette année, les étudiants, avec la crise du coronavirus. Autant que le reste de la population, certes, mais ce n’est pas une raison pour ne pas se pencher sur leur détresse. C’est le boulot de Nightline, une association qui offre un soutien psychologique par téléphone aux jeunes au bord de la rupture.

La question de la santé mentale chez les étudiants, et plus globalement chez les jeunes, ne se pose pas uniquement depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Il s’agit même de l’un des axes prioritaires de la stratégie de santé du gouvernement. L’étude i-Share, qui scrute la santé mentale des étudiants depuis 2013, rappelle d’ailleurs que le suicide est la 2e cause de mortalité chez les jeunes. Bien entendu, la crise sanitaire et les confinements successifs n’ont pas arrangé les choses.

« Les idées noires surviennent la nuit »

Selon l'étude Confins, qui analyse l’impact de l’épidémie de coronavirus chez les jeunes, 28 % des étudiants se déclarent « tristes, déprimés ou désespérés plus de la moitié du temps voire tous les jours. » Solitude, ennui, difficulté de suivre les cours à distance… Pauvreté aussi. Le Secours populaire du Nord expliquait à 20 Minutes que le nombre d’étudiants bénéficiaires de l’aide alimentaire avait quadruplé rien que sur le campus universitaire de Cité scientifique, à Villeneuve d’Ascq.

C’est dans ce cadre, mais pas uniquement pour cette raison, que Nightline s’est lancée à Lille il y a une semaine. Il s’agit d’une association créée par des étudiants qui offre aux étudiants un service d’écoute et de soutien psychologique nocturne, entre 21h et 2h30 du matin. « Nocturne, parce qu’il faut trouver de la disponibilité pour les écoutants et que, le plus souvent, la solitude et les idées noires surviennent la nuit », assure Simon Lottier, le président de Nightline Lille.

Isolement, stress et confinement

En une semaine, la dizaine de bénévoles déjà engagés a reçu en moyenne entre 10 et 15 appels quotidiens. « Il y a beaucoup de sujets différents qui sont abordés par les appelants comme le stress, l’isolement. Le confinement aussi, même si ce n’est pas ça qui revient le plus souvent », poursuit-il. Pour autant, quel que soit le sujet, l’étudiant en détresse trouvera une oreille attentive. « Il n’y a pas d’appel plus important qu’un autre et nous ne sommes pas là pour donner des conseils, juger ou analyser. Il s’agit véritablement d’écoute active et les bénévoles reçoivent tous une formation pour cela », explique Simon Lottier.

L’association s’est fixée pour objectif de recruter entre 20 et 30 bénévoles à l’horizon du second semestre 2021. Toutes les bonnes volontés sont d’ailleurs les bienvenues, même s’il existe quelques conditions. Sans forcément habiter Lille, il faut néanmoins ne pas être trop éloigné géographiquement pour pouvoir se rendre au local lillois. Il faut aussi être étudiant à un stade avancé de son cursus. Pour postuler ou simplement pour parler à un bénévole, tout ce qu'il y a à savoir se trouve sur la page Facebook de l’association.