Nord : Des cas d'oiseaux contaminés annoncent un possible retour de la grippe aviaire

VIRUS Les autorités ont relevé le niveau de risque après la découverte d’oiseaux contaminés par le H5N8 aux Pays-Bas

Mikaël Libert

— 

Des cygnes (illustration).
Des cygnes (illustration). — G.Varela / 20 Minutes
  • Deux cygnes porteurs du H5N8 ont été découverts aux Pays-Bas fin octobre.
  • Le risque de propagation du virus aviaire en France a été revu à la hausse.
  • Des mesures ont été prises dans les communes du Nord situées sur la route des oiseaux migrateurs.

Jamais deux sans trois. Comme si l’épidémie de coronavirus en cours et celle de la grippe saisonnière à venir ne suffisaient pas, les autorités ont annoncé le retour de la grippe aviaire. Le niveau de risque a été relevé, notamment dans certains territoires du département du Nord traversés par les routes migratoires des oiseaux sauvages.

Les premiers signes de H5N8 ont été détectés sur des cygnes, le 20 octobre, aux Pays-Bas. Les analyses effectuées sur ces deux oiseaux morts ont effectivement révélé la présence virus influenza aviaire hautement pathogène dans leur sang.

Onze communes concernées par des restrictions

« Ces cas alertent sur le risque d’introduction en France à partir de la circulation du virus dans les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages », prévient la préfecture du Nord. Cela ne concerne pas l’ensemble du département, mais seulement onze communes abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs : Bavinchove, Nieurlet, Noordpeene, Renescure, Zuytpeene, Courchelettes, Ferin, Lambres-lez-Douai, Grand-Philippe, Gravelines et Saint-Goerges-sur-l’Aa.

Ainsi, sur les territoires de ces communes, des mesures devront être respectées par les détenteurs d’oiseaux ou de volailles. Les animaux doivent être gardés en intérieur ou dans des enclos extérieurs protégés par un filet. Les rassemblements d’oiseaux sont interdits au même titre que les transports ou lâchers de gibiers à plumes.

Des mesures départementales

Des mesures ont aussi été prises pour l’ensemble du département. « Surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux, interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée d’une zone réglementée, vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet. »

Il faudra patienter jusqu’à la fin de la période migratoire des oiseaux sauvages pour que les mesures soient levées. Celle-ci survient en général dans le courant du mois de janvier.