Coronavirus dans les Hauts-de-France : Appel aux étudiants pour renforcer les équipes des établissements de santé

EPIDEMIE L’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France cherche des bras pour aider dans les établissements sanitaires ou médico-sociaux

Mikaël Libert

— 

Illustration dans un Ehpad.
Illustration dans un Ehpad. — M. Libert / 20 Minutes
  • L’Agence régionale de santé promet des renforts pour ces établissements médico-sociaux des Hauts-de-France.
  • Les étudiants en santé ou les personnels disposant de temps sont invités à se porter volontaires pour des missions rémunérées.
  • Des tests antigéniques seront disponibles pour le personnel de ces établissements.

Soulager ceux qui soulagent. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les personnels des établissements de santé sont mobilisés pour faire face à la crise. Alors que la plupart connaissaient déjà des conditions de travail tendues avant le Covid-19, l’épidémie vient accentuer l’épuisement des professionnels de santé. Après une brève accalmie estivale, la deuxième vague vient remplir à nouveau les hôpitaux et semer le trouble dans les établissements médicaux sociaux comme les Ehpad. L’Agence régionale de santé des Hauts-de-France (ARS) tente de trouver des solutions, dont le recrutement d’étudiants en santé pour renforcer les équipes de soignants.

Le plan blanc est d’ores et déjà déclenché dans l’ensemble des hôpitaux de la Métropole européenne de Lille (MEL), permettant de libérer des lits pour les malades du Covid-19. La déprogrammation d’opérations jugées non essentielles ne dégage néanmoins pas de temps pour le personnel. Outre les hôpitaux, ce que l’on appelle les établissements médico-sociaux, comme les Ehpad, sont aussi particulièrement impactés, notamment en raison de la vulnérabilité de leurs résidents.

Renforts et tests antigéniques

Pour les quelque 60.000 personnels des Ehpad, des maisons d’accueil spécialisées (MAS), des foyers d’accueil médicalisés (FAM) et des services de soins infirmiers à domicile, l’ARS va déployer dès la semaine prochaine les tests antigéniques qui permettent d’obtenir un résultat dans la demi-heure, au lieu de 24 à 48 heures. Une rapidité qui engendre une meilleure réactivité pour la mise en œuvre des mesures d’isolement des personnels malades et limiter les risques de contamination des patients.

Mais si un vide se crée d’un côté, il faut bien le remplir de l’autre. Ainsi, l’ARS en appelle aux étudiants en santé et aux professionnels disposant de temps libre. Ceux qui le peuvent sont invités à se porter volontaires pour « renforcer dès maintenant les équipes des établissements sanitaires ou médico-sociaux dans le cadre d’une mission courte, rémunérée », explique l’agence. On avait ainsi vu, lors de la première vague, des étudiants en médecine de Lille venir renforcer les rangs de la plateforme d’appels du Samu. Les inscriptions se font directement sur un site Internet dédié du ministère de la Santé.