Ouverture de la chasse... aux emplois

© 20 minutes

— 

Voici une initiative qui a des faux airs de chasse au trésor : des participants réunis par équipes, avec cartes et listes de points de rencontre. Mais l’enjeu, ici, est de récolter de promesses d’embauches. Près de 300 chômeurs ont participé hier aux rallyes emploi à Roubaix et à Tourcoing, organisés par les Lions club et l’ANPE. « La règle, c’est un pour tous, tous pour un », explique Michel Vernier, coordinateur des Lions club roubaisiens. Chaque demandeurs d’emploi part à la rencontre d’une vingtaine d’entreprises préalablement contactées et les interrogent sur les postes à pourvoir dans ces sociétés. « Toutes les promesses d’embauches sont mises en commun à la fin de la journée. » Quadrillage de zones, avec des portes qui se ferment, mais aussi des rencontres avec des patrons. « On rentre dans l’entreprise et on a un premier contact. On apprend à mener un entretien. Et, à plusieurs, on a plus confiance en soi », confie Elodie, 18 ans, au chômage depuis sept mois, qui ratisse la ZI de la Pilaterie. Du côté des employeurs, l’initiative volontariste est appréciée. « C’est très positif, ils ont une réelle démarche de recherche d’emploi », constate la secrétaire générale d’un grand groupe d’habillement. Seul hic, « les démarcheurs n’ont pas forcément le profil de notre secteur. » « Je suis dans la vente, alors quand je suis arrivée dans une entreprise de bâtiment ce matin, on m’a ri au nez », avoue Radija, une des participantes. Au Lions club, on rétorque que cela supposerait une organisation trop lourde. « En tous cas, ça nous motive un peu, et c’est plus convivial que de chercher tout seul », lâche Micheline, sans emploi depuis 2000. Caroline Dijkhuis

résultats A Tourcoing, en 2002, les chômeurs ont obtenu 200 promesses d’emploi, et 90 % d’entre elles ont abouti. A Roubaix, l’année dernière, ils en en récolté 280, mais seulement 60 % avait été concrétisées.