Coronavirus à Lille : Des policiers interrompent une fête étudiante dans une cave

FAITS DIVERS Plusieurs dizaines de jeunes participaient à une soirée dans les caves d’une résidence privée

Mikaël Libert

— 

Une fête étudiante (illustration).
Une fête étudiante (illustration). — G.Grigorov / TASS / Sipa
  • Le couvre-feu entre en vigueur dans la métropole lilloise ce vendredi soir.
  • Il sera désormais interdit de sortir entre 21h et 6h du matin.
  • La police de Lille a interrompu une soirée dans une cave avec une cinquantaine d’étudiants.

Descente à la cave. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les services de police de Lille ont interrompu une fête qui se déroulait dans les sous-sols d’un bâtiment d’habitation. Selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord, il s’agissait d’étudiants qui profitaient de leur dernière soirée avant l’entrée en vigueur du couvre-feu.

Depuis que la métropole lilloise a été classée en état d’alerte maximale en raison de l’épidémie de coronavirus, les bars sont fermés. A défaut de sortir dans les bistrots, les fêtards avaient trouvé la parade en organisant des soirées les uns chez les autres. Mais à partir de samedi, minuit, et pendant au moins quatre semaines, les habitants de la métropole européenne de Lille ne seront plus autorisés à se balader entre 21 heures et 6 heures. Un couvre-feu décrété par le président de la République, justement pour empêcher la tenue de ces soirées privées.

Une cinquantaine d’étudiants dans les caves

Du coup, la nuit de jeudi à vendredi était la dernière qui permettait de faire la fête sans avoir l’œil rivé sur sa montre. C’est sans doute pour cette raison qu’un habitant de la rue Colbert, à Lille, avait organisé une bonne grosse soirée, non pas dans son appartement, mais dans les caves de son immeuble. Le fait que cela se déroule en sous-sol n’a pas empêché le raffut de réveiller tout le quartier, à tel point que le standard de la police a reçu plusieurs appels de riverains excédés vers 1 heure.

Plusieurs patrouilles ont été envoyées sur place pour tenter de faire cesser le trouble. Les policiers sont tombés, en visitant les caves, sur une cinquantaine d’étudiants. Une fois la sono débranchée, ces derniers ont été priés de regagner leurs domiciles respectifs, ce qu’ils ont tous fait sans broncher. L’organisateur de la fête, lui, a été verbalisé pour le tapage nocturne.