A Lille, survivre à Leelh de la désolation

JEUX VIDEOS Le beffroi de la chambre de commerce est décapité... Un arbre pousse à travers la façade de l'Opéra... Une carcasse de voiture dort au pied de la Déesse...

Gilles Durand et Vincent Vantighem

— 

 Symbole de la créativité de la filière nordiste, «Leehl», qui sera disponible à partir de septembre, prendra pour décor la capitale des Flandres.
 Symbole de la créativité de la filière nordiste, «Leehl», qui sera disponible à partir de septembre, prendra pour décor la capitale des Flandres. — DR

Le beffroi de la chambre de commerce est décapité. Un arbre pousse à travers la façade de l'Opéra. Une carcasse de voiture dort au pied de la Déesse. Bienvenue à Leelh. Nous sommes en 2087. Le grand cataclysme s'est produit. Lille et Villeneuve-d'Ascq ne sont plus qu'un champ de ruines. Au milieu des gravats, les quelques survivants s'organisent. D'un côté, les Turnes. Chantres d'une reconstruction basée uniquement sur la nature, ils sont reconnaissables à leurs yeux gris. De l'autre, les Emnus. Encore très dispersés, ils entendent se développer sur les vestiges de la ville. Une seule question les unit : que s'est-il passé? L'énigme sert de point de départ à ce jeu vidéo en ligne qui doit sortir en septembre. Leelh mûrit depuis deux ans dans l'imaginaire de Sacha Stepanian et Maxence de Voghelaere, deux ingénieurs formés à Telecom Lille.

Tournant le dos au style manga, ce jeu de rôle multijoueurs emprunte le graphisme à l'univers de la BD française d'anticipation. Les décors ont été modélisés en 3D à partir de photos des rues nordistes. Au rayon action, les créateurs ont aussi transgressé les codes habituels. A Leelh, ni potion magique, ni arme de destruction massive. «Chaque joueur prend le contrôle d'un survivant pour reconstruire la terre selon plusieurs possibilités, détaille Sacha Stepanian. La réussite sera liée au degré d'entraide entre les joueurs.» A condition de savoir choisir le bon camp.
www.leelh.com