Un sans-abri retrouvé mort en centre-ville

Gilles Durand

— 

Un hébergement d'urgence lui avait été proposé mardi soir par le Samu social. Une place lui était réservée jusqu'au 12 janvier à la cité administrative. Il avait choisi de ne pas s'y rendre. Un SDF a été retrouvé mort hier en début d'après-midi, dans un square désaffecté, situé entre le luxueux hôtel de l'Hermitage gantois et l'auberge de jeunesse. Emmitouflé dans son sac de couchage, l'homme de 32 ans a été retrouvé au pied de l'ancienne maternité Salengro, un immeuble régulièrement muré par la municipalité pour éviter les squats. C'est une commerçante riveraine qui a alerté le 115. Arrivés sur place, les secours n'ont pu que constater la mort de ce SDF, visiblement victime du froid.

« Cette mort est particulièrement dramatique, soulignait Marie Christine Staniec-Wavrant, ajointe à la lutte contre les exclusions à la ville de Lille. D'autant qu'à la demande de la direction des affaires sociales, la municipalité avait ouvert trente places supplémentaires sous le beffroi, à quelques mètres de là, dont une quinzaine, seulement, était occupée. » Au total, cinquante places d'hébergement étaient d'ailleurs restées vacantes dans la métropole lilloise le soir du décès. Huit personnes (quatre hommes seuls et deux couples) avaient refusé, comme lui, le toit qu'on leur proposait. « C'est une personne que nous connaissions, précise Eric Delhaye, président de la coordination mobile d'accueil et d'orientation. Par le passé, il a fréquenté de nombreux centres d'hébergement, mais toujours pendant des périodes très courtes. » Il était sorti de prison il y a trois semaines après une année d'incarcération. Depuis, il était, à sa demande, régulièrement orienté dans des hébergements, mais ne s'y rendait jamais. Sans fournir d'explication. « On sort rarement de prison avec une solution », déplorait Eric Delhaye. Pourtant, trois équipes de maraude tournent régulièrement, renforcées, selon les nuits, par une ou deux équipes de la Croix-Rouge. « Et les signalements de sans-abri par les Lillois, via le 115, affluent plus que jamais », assure Eric Delhaye.

Un geste qui avait permis de sauver un autre SDF, mardi midi. Ce dernier avait été transporté par la police municipale en état d'hypothermie au CHRU de Lille. ■