Les Français shoppent en Belgique

Edouard Lemerle (avec Olivier Aballain)

— 

De bon augure. Lancées samedi en Belgique, avec quatre jours d'avance sur la France, les soldes ont redonné le sourire aux commerçants. A Tournai, ils sont formels : les Français ont décidé de se lâcher. « Je n'ai jamais vu ça. Samedi, c'était phénoménal », confiait ainsi hier Anne-Catherine, vendeuse chez Esprit. « Il y avait la queue dans les magasins. Certains ont même dû limiter les entrées », a remarqué Emmanuelle, vendeuse au Bio p'tit môme. Pour tous, les Français sont une aubaine puisqu'ils représentent plus de la moitié de la clientèle. « Ils cherchent des bas prix, mais achètent autant que les autres années », se réjouit Lise, à Etam lingerie.

Pour Aurélie, vendeuse de vêtements à deux pas de la Grand-place, l'explication de cette frénésie acheteuse est simple. « Les clientes sont restées prudentes jusqu'à Noël, maintenant elles se lâchent pour les soldes. » Et les commerçants aussi... stock oblige. « D'habitude, on démarre à -20 % en diminuant progressivement. Mais vu le contexte, on est directement descendu à -50 % pour attirer le client », explique ainsi Valérie, patronne de l'enseigne Capriss, placée en centre-ville. Sur la première journée, la Fédération belge des entreprises de distribution a ainsi constaté une hausse des ventes de près de 20 % par rapport à l'année dernière. ■