Nord : « On a tout le monde contre nous »...Un documentaire pour aider à comprendre le combat des victimes de l’amiante

TELEVISION France 3 diffuse, ce lundi soir, un documentaire sur le combat des victimes de l’amiante à travers le portrait de Pierre Pluta, ancien ouvrier des chantiers navals de Dunkerque

Gilles Durand

— 

Pierre Pluta, figure nordiste de la lutte pour obtenir un procès contre l'amiante.
Pierre Pluta, figure nordiste de la lutte pour obtenir un procès contre l'amiante. — Capture d'écran / Bonobo Productions
  • France 3 diffuse, ce lundi soir, le documentaire Amiante, le dernier combat sur les victimes et leur lutte pour obtenir un procès.
  • Le film dresse le portait de Pierre Pluta, figure de ce combat et ancien ouvrier des chantiers navals de Dunkerque.
  • La réalisatrice Fanny Bertrand réussit un film émouvant.

C’est l’histoire d’un héros. Un Don Quichotte qui, depuis 25 ans, se consacre aux autres. A travers le documentaire Amiante, le dernier combat, diffusé ce lundi soir, à 23 h, par France 3 Hauts-de-France, on découvre Pierre Pluta, président de l’Ardeva, une association nordiste de défense des victimes de l’amiante, cette matière qui ronge toujours la vie de dizaines de milliers de personnes.

Ancien ouvrier ajusteur des chantiers navals de Dunkerque, Pierre Pluta apprend, à 42 ans, qu’il est atteint d’asbestose, une maladie pulmonaire liée à l'amiante. Lorsqu’il travaillait, comme ses collègues, il n’avait « pas conscience d’être exposé à ce poison ». Forcément, ses supérieurs ne lui en avaient jamais parlé.

« C’est la puissance financière et politique contre des pauvres gens »

Le combat contre la montre commence. Il crée son association en 1996, dépose les premières plaintes et, depuis, soutient avec acharnement d’autres malades ou veuves, victimes comme lui de l’amiante. Elles sont aujourd’hui plus de 700. « Le soir, quand on rentre, qu’est ce qu’on a : une photo », raconte l’une d’elle.

Pour Pierre Pluta, la responsabilité de tous ces décès doit être établie par la justice. « Il n’est pas normal d’être contaminé en allant faire son travail ». Mais ce procès pénal, qu’il appelle de tous ses vœux, semble encore bien loin. « C’est la puissance financière et politique contre des pauvres gens qui perdent leur vie », témoigne Marie-Odile Bertella-Geffroy, ancienne juge d’instruction saisie de l’affaire.

Emotion au détour de chaque anecdote

Les personnalités, qu’elle avait pourtant mises en examen, sont parvenues à échapper au procès. « On a tout le monde contre nous, les pouvoirs publics, l’institution judiciaire. Donc on aura énormément d’obstacles, mais je considère qu’on peut réussir », assure Michel Parigot, président du Comité anti-amiante Jussieu et allié de Pierre Pluta.

La caméra de la réalisatrice lilloise Fanny Bertrand saisit l’émotion au détour de chaque anecdote pour retracer le parcours d’un malade en sursis, incapable de supporter l’injustice depuis son plus jeune âge. Un portrait joliment taillé pour éclairer une cause juste.