Dix ans après, « Le Guide du Routard » repose enfin son sac à Lille

TOURISME Le célèbre guide touristique consacre une édition à la métropole lilloise à l’occasion de Lille capitale mondiale du design

Francois Launay

— 

Le Routard consacré à Lille a été tiré à 20.000 exemplaires
Le Routard consacré à Lille a été tiré à 20.000 exemplaires — F.Launay/20 Minutes
  • Depuis 2010, Le Guide du Routard n’avait pas consacré une édition dédiée à la métropole lilloise.
  • A l’occasion de Lille capitale du design, le guide touristique, en lien avec la métropole, a édité un guide tout en couleurs, revu et corrigé.
  • Vendu au prix de 12,90 euros, il a été tiré à 20.000 exemplaires.

Il y a dix ans, Euratechnologies n’en était qu’à ses débuts, Florent Ladeyn n’avait aucun resto à Lille, Rudi Garcia était l’entraîneur du Losc et Martine Aubry déjà maire de la ville. Depuis 2010, Lille a bien changé mais jusque-là, Le Guide du Routard n’avait pas accompagné l’évolution de la quatrième métropole de France. C’est désormais chose faite depuis le 2 septembre et la sortie d’un Routard dédié à Lille et sa métropole, le premier depuis dix ans.

« On trouvait un peu incongru que toutes les autres métropoles de France aient leur Routard et que Lille ne l’ait pas. Depuis dix ans, il y avait des guides Hauts-de-France et Nord-Pas-de-Calais mais aucun dédié à la métropole de Lille. On a donc contacté les éditions Hachette [qui éditent le Routard] et on a travaillé ensemble depuis juillet 2019 à l’élaboration de ce guide », raconte François Navarro, directeur général de l’agence d’attractivité Hello Lille​.

Un guide en lien avec Lille capitale mondiale du design

Mais pourquoi un tel entêtement à avoir un Guide du Routard spécial Lille ? Nommé capitale mondiale du design en 2020, la métropole voulait marquer le coup à cette occasion. Car le guide touristique le plus vendu de France a un réel impact sur le tourisme. « C’est un vecteur d’attractivité mais aussi un symbole. Ça permet de donner un signe très fort aux professionnels du tourisme et de la culture en montrant qu’on est en mouvement. Un Routard déclenche une envie et donc peut-être un séjour. C’est l’un des outils qui peut attirer des visiteurs », reconnaît François Navarro.

Après plus d’un an de boulot, Le Guide du Routard Lille a été tiré à 20.000 exemplaires et sera vendu au prix de 12,90 euros. Tout en couleurs, il semble déjà promis à un bel avenir comme l’espère Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du Routard. « Les guides sur la région du Nord font partie des plus populaires. Le guide sur le Nord-Pas-de-Calais est le 7e le plus vendu sur les 70 destinations françaises éditées par le Routard. On a constaté une vraie fierté des gens du Nord pour parler de leur région. Beaucoup nous écrivent », raconte le patron du guide.

« Je visite toujours de façon anonyme et je paie les additions »

Pour rédiger ce premier guide consacré à la capitale des Flandres depuis 2010, le Routard a fait confiance à Eléonore Friess. Cette ancienne étudiante lilloise a passé une semaine dans la métropole lilloise pour dégotter les meilleures adresses. Elle raconte comment elle a façonné cette édition 2020.

« J’ai pris la base de Lille qui existait déjà dans le guide Nord-Pas-de-Calais et je l’ai enrichi d’adresses que je connaissais ou que des lecteurs ou les offices de tourisme m’avaient recommandées. Je fais une présélection avant d’aller sur place pour gagner du temps. Sachant qu’on n’ajoute pas une adresse dans le guide si elle ne nous plaît pas ou si elle est trop chère car on propose un bon rapport qualité prix. Je visite toujours de façon anonyme, je ne me présente pas et je paie les additions. Le critère de sélection c’est : est-ce que j’ai envie de revenir ou est-ce que j’ai envie de le conseiller à quelqu’un ? », explique la responsable d’édition du guide lillois particulièrement bluffée par l’offre culturelle de Roubaix.

Reste à voir si le public sera au rendez-vous. Selon des études faites par le guide, les établissements présents dans le Routard voient leur fréquentation augmenter en moyenne de 30 %. Dans une période Covid compliquée pour beaucoup, ce ne serait pas du luxe.