Dunkerque : Une application pour revivre l’opération Dynamo en réalité augmentée

INNOVATION L’application Opération Dynamo de la communauté urbaine de Dunkerque grand littoral conjugue tourisme, Histoire et technologie

Mikaël Libert

— 

Décors du film "Dunkirk" de Christopher Nolan.
Décors du film "Dunkirk" de Christopher Nolan. — M.Libert/20 Minutes

Au cœur de l’Histoire. En mai, Dunkerque aurait dû fêter en grande pompe le 80e anniversaire de l’opération Dynamo qui a permis à 338.000 soldats britanniques de ne pas tomber aux mains de l’armée allemande. Sauf que, épidémie de coronavirus oblige, toutes les commémorations ont été annulées. Pourtant, cet épisode clé de la Seconde Guerre mondiale a connu un regain d’intérêt auprès public depuis la sortie, en 2017, du film de Christopher Nolan, Dunkirk. Un succès populaire dont la ville a largement profité au travers du tourisme de mémoire. C’est dans ce cadre que l’application pour smartphones baptisée Opération Dynamo est sortie début août.

Mi-mai 1940, l’avancée fulgurante de l’armée allemande contraint les soldats français et leurs alliés britanniques à se replier vers Dunkerque. Ce sont près de 500.000 hommes qu’il faut alors évacuer par bateau vers la Grande-Bretagne pour éviter qu’ils soient tués ou capturés par les Allemands. Churchill autorise donc l’opération Dynamo avec, pour objectif, de sauver 40.000 hommes. L’évacuation ne peut se faire qu’à partir de la jetée Est du port ou depuis les plages, le tout, sous les bombardements. Ce que l’on appelle la bataille de Dunkerque aura permis d’évacuer près de 340.000 hommes mais aura aussi causé la destruction de la ville à 80 %. De traces de cet épisode, il ne reste plus rien ou presque.

Des avatars inspirés de personnages réels

« Grâce à la 3D et à la réalité augmentée, l’application permet de revivre des scènes de cette opération comme des frappes d’avions allemands, la place Jean Bart en feu ou des scènes de rembarquement », explique Marie-Noëlle Wattier, la scénariste de l’application. Cela se fait au travers de parcours qui suivent le cheminement de trois personnages : une petite fille, un soldat français et un soldat britannique. « Nous nous sommes inspirés de personnes ayant existé. Pour la petite fille, par exemple, nous avons retrouvé des lettres d’une enfant dans lesquelles elle raconte cette période », poursuit la scénariste.

Graphiquement, c’est très bien fait, ce qui explique le poids important de l’application et les 18 mois de développement. On ne peut en revanche l’utiliser qu’à Dunkerque, le but assumé étant de faire venir les gens sur place. Mais l’intérêt n’est pas que touristique, il est aussi historique. « Pour beaucoup, cet épisode est encore considéré comme une défaite. C’est une idée qui avait été mise en avant par la propagande du gouvernement de Vichy et qui est restée ancrée », déplore Marie-Noëlle Wattier. Même dans le film de Nolan, le rôle des soldats français, sans lesquels l’opération aurait été un échec, n’est pas mis en avant. « Au travers du personnage du soldat français, nous voulons rétablir la vérité sur ce qu’il s’est effectivement passé », insiste-t-elle.

L’application doit bientôt s’enrichir d’un quatrième personnage (Marcel le pêcheur) et, donc, d’un nouveau parcours qui s’étend de Leffrinckoucke à Bray-Dunes. Il est aussi question d’une fonctionnalité qui permettra de découvrir les derniers vestiges existants de l’opération Dynamo : les nombreuses épaves de navires au large des côtes. Pour les commémorations, ce sera à l’occasion du 81e anniversaire, en mai 2021.