Lille: Raccrocheurs numériques, plateforme unique... Une rentrée scolaire sous le signe de l'enseignement à distance

EDUCATION NATIONALE Avec la crise du Covid-19, l’Académie de Lille veut déployer son « Espace numérique de travail »

Gilles Durand

— 

Illustration d'un cours par internet, lors du confinement, en 2020.
Illustration d'un cours par internet, lors du confinement, en 2020. — Raphaël Bloch / SIPA
  • Le rectorat de Lille promet un outil numérique éducatif commun pour tous les élèves de la région, à l’occasion de la rentrée scolaire 2020.
  • L’Espace numérique de travail a reçu trente millions de visites entre le début du confinement et la fin de l’année scolaire.
  • La rectrice de Lille estime qu’il peut être un outil pour éviter le décrochage scolaire.

Un outil numérique éducatif commun pour tous les élèves de la région. Voilà ce que promet le rectorat de Lille pour la rentrée scolaire 2020. L’ Espace numérique de travail (ENT) doit donc s’uniformiser, ces prochains mois, pour les cinq départements des académies lilloise et amiénoise. Seuls les collèges du Pas-de-Calais vont garder leur propre plate-forme encore une année.

« Le premier projet d’ENT est né en 2011 dans les collèges et les lycées en collaboration avec les départements et les régions », raconte David Detève, adjoint du délégué académique au numérique éducatif. Il s’agissait d’offrir aux parents, élèves et enseignants une plateforme commune pour échanger via Internet.

Environ 420.000 classes virtuelles

Ce n’est qu’en 2017 que les écoles maternelles et primaires ont commencé à intégrer le dispositif. « ll reste 790 écoles non encore dotées de cet outil dans le Pas-de-Calais, mais un récent sondage montre une forte volonté de l’être pour 700 d’entre elles », souligne David Detève.

Car le confinement est passé par là. L’outil d’apprentissage à distance a, certes, montré ses limites technologiques, au début. « Nous avons dû faire face à une saturation car le serveur n’était pas dimensionné pour recevoir autant de monde à la fois », glisse David Detève.

Mais le numérique éducatif a vite trouvé son rythme de croisière. « Dans l’académie de Lille, environ 420.000 classes virtuelles se seront tenues sur l’ENT, entre le début du confinement et la fin de l’année scolaire », annonce le rectorat. Trente millions de visites ont ainsi été comptabilisées entre mars et juin.

Nombreuses disparités numériques

La rectrice de Lille, Valérie Cabuil, n’hésite pas, non plus à mettre en avant « les raccrocheurs numériques ». « On a découvert que certains élèves, qui souffraient de mal-être à l’école, ont peu à peu raccroché grâce à l’enseignement à distance, ce qui doit donner des idées pour les structures qui s’occupent du décrochage scolaire », assure-t-elle.

« Hélas, il reste encore de nombreuses disparités numériques entre les élèves et entre les écoles du premier degré », regrette, de son côté, Catherine Piecuch, du syndicat FSU. Et de citer un rapport national du syndicat montrant un écart de 1 à 10 dans l’équipement des classes primaires, selon les communes. « Sans oublier les zones blanches », ajoute-t-elle.

« Avoir un seul outil numérique dans une académie est intéressant pour les parents, mais que l’Oise et le Nord possèdent le même n’a finalement pas beaucoup d’intérêt en termes pédagogiques », précise l’enseignante. Elle estime qu’il reste encore des réflexions de fond à mener « sur les contenus et sur le développement de la formation, dont la demande de la part des enseignants est toujours plus forte ».