Nord : Des suspects interpellés, après l’incendie d’une antenne-relais

SOCIETE Dans la nuit du 2 au 3 mai, les pompiers étaient intervenus dans la zone industrielle de Douai pour l’incendie d’une antenne-relais

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'une antenne-relais 5 G en Chine QINGDAO, CHINA - MAY 30, 2020 - 5g base station of China Tower, Qingdao, Shandong Province, China, May 30, 2020. (Photo by Yu Fangping / Costfoto/Sipa USA)/29953940//2006011552
Illustration d'une antenne-relais 5 G en Chine QINGDAO, CHINA - MAY 30, 2020 - 5g base station of China Tower, Qingdao, Shandong Province, China, May 30, 2020. (Photo by Yu Fangping / Costfoto/Sipa USA)/29953940//2006011552 — Yu Fangping / Costfoto/Sipa USA/

Edit, vendredi à 18 h 15 : Les prévenus ont demandé un renvoi, ce vendredi. Les quatre suspects, dont un a été écroué et trois placés sous contrôle judiciaire, seront finalement jugés le 30 juillet.

Elles sont soupçonnées d’avoir incendié une antenne-relais à Douai, dans le Nord. Six personnes ont été interpellées, et quatre d’entre elles doivent faire l’objet d’une comparution immédiate, ce vendredi après-midi, au tribunal judiciaire de Douai.

Dans la nuit du 2 au 3 mai, les pompiers étaient intervenus dans la zone industrielle de Douai pour l’incendie d’une antenne-relais, « en plein confinement ». « Le caractère criminel » de l’incendie « était rapidement confirmé » et le préjudice était estimé « entre 300.000 et 500.000 euros », a indiqué une source proche du dossier à l’AFP.

Des « milieux prônant une forme de contestation violente »

La brigade criminelle de la direction interrégionale de la police judiciaire de Lille a interpellé, mardi, six suspects proches des « milieux prônant une forme de contestation violente », lesquels ont été placés en garde à vue.

Parmi ces six personnes, l’une a été libérée à l’issue de son audition, sans faire l’objet de poursuites, une personne mineure a été mise en examen pour « destruction de biens en bande organisée » et « association de malfaiteurs en vue de commettre un délit ». Les quatre autres – âgés de 22 à 32 ans – doivent être jugés en comparution immédiate, ce vendredi, à Douai. Les dégradations d’antennes-relais 5G se sont multipliées ces dernières semaines en France.