« Sarkozy doit venir à Lorette »

Recueilli par Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

Pensez-vous que la troisième profanation du cimetière de Notre-Dame-de-Lorette était évitable ?

Je reste convaincu que non, car la rage de certains fait partie de l'imprévisible de la profanation. Quoiqu'il arrive, les mesures de protection du site, qui seront mises en oeuvre à partir de janvier 2009, ne constitueront pas un rempart définitif contre ce type d'exactions. Les individus qui s'attaquent à Lorette comme aux autres lieux de souvenir visent non pas seulement la mémoire nationale, mais celle de l'humanité toute entière.

Le phénomène est-il nouveau ?

Non, il y avait déjà des atteintes par le passé. Des profanations comme celle de Lorette, cela représente 20 % des 200 violations de sépulture observées chaque année. Il y a là une composante raciste évidente, une remise en cause de la France pluriculturelle.

Ne faut-il pas des mesures de surveillance plus importantes, une présence humaine permanente ?

La surveillance par caméras thermiques permet de donner l'alerte, c'est suffisant à mon avis. Il ne faut pas tomber dans le piège des profanateurs en enfermant, dans ces lieux de mémoire, ceux qui furent les combattants de la liberté. C'est un problème de cohérence intellectuelle.

Comment combattre le phénomène ?

Il faut éviter de déresponsabiliser la conscience collective en surprotégeant les sites. Si ce sont des lieux de mémoire collective, tout le monde doit se sentir concerné, parents, enseignants... Selon moi, la prison n'est pas le meilleur remède pour les auteurs de ces exactions, mieux vaut une prise en charge psychologique, des travaux d'intérêt général... Il faut faire des cérémonies pour préserver les mémoires. C'est pour ça que j'aimerais que Nicolas Sarkozy vienne à Lorette, avec les écoliers du secteur, pour réaffirmer l'importance de ce qu'on y célèbre.