Psy et justice se parlent

- ©2008 20 minutes

— 

Une première bien venue. Quelques 600 psychiatres, magistrats et avocats ont commencé à réfléchir ensemble face à la loi sur la rétention de sûreté et la déclaration d'irresponsabilité pénale, hier à Lille au cours du premier colloque de ce genre en France. « L'interpellation de la justice et de la psychiatrie par le politique est très forte, ce qui nous amène à réfléchir à notre travail ensemble.

Nous sommes dans le même bateau, il y a un gros coup de tempête [...] », a déclaré à la tribune du colloque Jean-Claude Chilou, premier président de la cour d'appel de Douai. « Le couple psychiatrie-justice [...] doit réfléchir aux problématiques communes auxquelles sont confrontées les équipes de soin et celles de justice », selon Christian Müller, psychiatre et président de l'Association nationale des présidents de commission médicale d'établissement. « Si on ne se préoccupe pas de ces questions, on voit bien que le politique s'en empare, ce qui est légitime, mais avec le risque de dérives sécuritaires », a-t-il ajouté.

O. A. (avec AFP)