Pas-de-Calais : La préfecture alerte sur les nombreuses arnaques liées au coronavirus

CORONAVIRUS Des arnaqueurs s’emparent de la crise sanitaire du coronavirus pour faire du business

Mikaël Libert

— 

Attentions aux arnaques en lien avec l'épidémie de coronavirus (illustration).
Attentions aux arnaques en lien avec l'épidémie de coronavirus (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Des arnaqueurs n’hésitent pas à surfer sur la vague de la crise sanitaire pour abuser leur prochain prévient la préfecture du Pas-de-Calais.
  • Ils usurpent l’identité d’une entreprise ou d’une administration et envoient des milliers de mails ou SMS en lien avec l’épidémie de coronavirus invitant, par exemple, les victimes à rappeler des numéros surtaxés.
  • Plus grave, d'autres proposent des produits, aliments ou médicaments, qui protègent ou guérissent de la maladie.

A qui profite la crise ? Pour les personnes peu voire pas du tout scrupuleuses, tout prétexte est bon pour faire de l’argent. L’épidémie de coronavirus est une aubaine pour de nombreux arnaqueurs, lesquels n’hésitent pas à surfer sur la vague de la crise sanitaire pour abuser leur prochain. La préfecture du Pas-de-Calais a tenu, ce lundi, à mettre en garde contre les procédés parfois bien ficelés des délinquants. Une alerte qui vaut d’ailleurs pour tout le monde.

Selon les services de l’Etat, le laps de temps a été très court entre l’apparition du virus en France et celle des premières arnaques « de la part de sociétés et d’individus malveillants ». Les malfaiteurs déjà habitués à utiliser certaines techniques, comme le phishing ou le smishing, n’ont eu qu’à adapter leur discours. Ils usurpent l’identité d’une entreprise ou d’une administration et envoient des milliers de mails ou SMS en lien avec l’épidémie de coronavirus invitant, par exemple, les victimes à rappeler des numéros surtaxés.

Rien ne protège ni ne guérit du coronavirus

Mais il y a bien pire. Ces arnaqueurs qui proposent des produits, aliments ou médicaments, qui protègent ou guérissent de la maladie. A ce propos, la direction de la répression des fraudes (DGCCRF) souligne qu’il « n’existe pas à ce jour de vaccin, d’aliments, de purificateurs d’air, de lampes, de compléments alimentaires ni d’huiles essentielles qui protègent ni ne permettent de guérir du Coronavirus. »

Tout aussi regrettable, il existe des sociétés qui, sous couvert de pseudo-recommandations de l’Etat ou des autorités sanitaires, vendent des kits ou des prestations en tous genres. Là aussi, méfiance. La préfecture du Pas-de-Calais rappelle que « l’Etat ou ses agences ne proposent pas de kit de dépistage, ni de kit de confinement comprenant masque, gel hydroalcoolique, thermomètre ou autre matériel médical ». De même que le gouvernement n’a pas, en tout cas pour le moment, prévu la décontamination des logements privés. Fuyez donc les propositions de prestations de désinfection des maisons et appartements.

Les arnaqueurs jouent aussi sur la corde sensible. De nombreuses cagnottes en lignes et autres modes de financements participatifs ont vu le jour au cours de la crise, notamment pur soutenir les soignants ou les commerçants. Sauf que parmi toutes ces initiatives charitables se cachent d’autres, moins altruistes. Pour éviter de tomber dans le panneau, la DGCCRF invite les généreux donateurs de vérifier l’identité des instigateurs et la destination de l’argent.