Le centre Nausicaá rouvre son aquarium dans un contexte difficile

TOURISME Le centre Nausicaá, qui rouvre ses portes ce jeudi, craint une perte de 500.000 visiteurs cette année

Gilles Durand

— 

Nausicaa est le plus grand aquarium d'Europe.
Nausicaa est le plus grand aquarium d'Europe. — A. Rosenfeld / Divergence
  • L’épidémie de coronavirus et le confinement ont obligé le musée de la mer de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, à fermer ses portes le 14 mars.
  • La réouverture du premier site culturel payant des Hauts-de-France est prévue ce jeudi, dans un contexte économique délicat.
  • Le site craint une perte de 500.000 visiteurs, cette année.

Après le décès des requins-marteaux il y a un an, le centre Nausicaá affronte une nouvelle crise. L’épidémie de coronavirus et le confinement ont obligé le musée de la mer de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, à fermer ses portes le 14 mars, comme beaucoup d’autres lieux. La réouverture de ce site touristique emblématique est prévue ce jeudi, mais avec une trésorerie en apnée.

Dans un communiqué, la direction de Nausicaá estime que « selon les prévisions actuelles, environ 500.000 visiteurs ne pourront profiter de la découverte du centre sur l’ensemble de l’année 2020 ». Ce qui pourrait signifier environ 10 millions de pertes de chiffre d’affaires et « une situation économique extrêmement complexe ».

Lourds investissements

D’autant que ces dernières années, le centre a consenti de lourds investissements, notamment pour construire son aquarium géant. Avec 870.000 visiteurs par an, Nausicaá est, de loin, le site culturel payant le plus visité de la région, devant le musée du Louvre-Lens, mais sa situation financière préoccupe.

« Nous sommes incapables de prévoir quel sera notre résultat financier en fin d’année, avoue Philippe Valette, directeur des lieux. Le mois de juin, notre public est constitué à 70 % d’un public scolaire que nous n’aurons pas, par exemple. Il y a beaucoup d’aléas, mais j’espère que les visiteurs seront au rendez-vous. »

Car pendant deux mois et demi d’inactivité touristique, il a fallu s’occuper des animaux. « Une trentaine de salariés s’est relayée pour prendre soin des 58.000 animaux. Les soigneurs ont nourri chaque jour toutes les espèces. Surtout que la famille s’est agrandie de quatre petits manchots nés pendant le confinement », note-t-il. Et l’aide de l’Etat promise aux zoos et aux cirques n’est pas allée abreuver les aquariums.

Une jauge divisée par trois

« En tout cas, nous sommes très heureux de rouvrir », souligne Philippe Valette. Même si Nausicaá ne pourra accueillir que 1.700 personnes en simultané au lieu de sa jauge autorisée à 5.800 visiteurs. L’ouverture du site reste aussi conditionnée à certaines mesures sanitaires comme le port du masque. Par ailleurs, l’achat des billets en ligne sera privilégié avec une réservation horodatée permettant de mieux gérer les flux.

Dernier contretemps, la nouvelle exposition, Dans l’œil du climat, sur laquelle la direction compte beaucoup pour redresser la barre, a pris un peu de retard. Elle ne sera visible qu’à partir de fin juillet avec, néanmoins, la promesse d’une expérience inédite dans une salle immersive.